Bonjour tristesse de Françoise Sagan – Avis lecture

Résumé

La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche.

Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux. La visite d’une femme de coeur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

Mon avis :

Un roman qui a fait scandale au moment de sa parution, je ne pouvais pas passer à côté. J’ai déjà plus de quarante ans de retard.

Le roman date de 1954 et aborde des sujets tabous : les quarantenaires vus par les jeunes, les premiers émois amoureux et ébats sexuels d’une adolescente, la relation affirmée, trop affirmée, entre un père et sa fille.

Une histoire de manipulation de la part d’une adolescente intelligente, qui se veut ouverte, mais qui est incroyablement mal dans sa peau.

Les vacances tournent au drame autour de personnages complexes et attachants, au-delà de leurs défauts.

Ce roman nous démontre avec une écriture simple et complexe à la fois que nouer des relations avec autrui n’est pas une partie de plaisir. Les prémices d’une future génération perdue. Je quitte ce livre avec ces quelques mots :

Au revoir tristesse.

Jc

Pour acheter ce roman, c’est ici

Bonjour Tristesse, c’est aussi un film américain réalisé par Otto Preminger et sorti en 1958, avec dans les rôles principaux :

Françoise Sagan a été révélée à l’âge de 18 ans par Bonjour, tristesse qui a choqué par la liberté de ton d’une aussi jeune romancière mais a été couronné par le Prix des Critiques.

Françoise Sagan est née Françoise Quoirez dans le Lot en 1935 et écume les collèges religieux d’où, libre et indisciplinée, elle se fait régulièrement renvoyer. Elle lit énormément et voue dès l’adolescence un culte passionné à Rimbaud, Proust aux romanciers américains. Elle envoie le manuscrit de Bonjour tristesse, dont le titre est emprunté à Eluard à plusieurs éditeurs et Julliard l’accepte à l’automne 53. Le livre, publié sous un pseudonyme choisi dans l’oeuvre de Proust, est couronné par le prix des Critiques l’année suivante. La hardiesse de cette jeune fille, qui annonce la libération sexuelle des années 60, choque beaucoup, François Mauriac la surnomme Un charmant petit monstre, mais c’est un immense succès de librairie, 850000 exemplaires sont vendus dans l’année. Son deuxième roman un certain sourire paraît deux ans plus tard. Mais trop riche trop tôt, Françoise Sagan succombe aux démons de l’alcool, du jeu, de la vitesse. Elle a un grave accident de voiture en 1957 et devient dépendante de la morphine qu’on lui administre. Sa carrière de romancière est couronnée de succès, mais ses livres sont critiqués pour leur légèreté et n’obtiennent pas de prix littéraires, en, dehors du prix Prince Pierre de Monaco décerné en 1985 à l’ensemble de son oeuvre. Cependant les livres d’essais qu’elle publie en 1984, Avec mon meilleur souvenir et en 1993 Et toute ma sympathie font l’unanimité. La fin de sa vie est obscurcie par de graves problèmes financiers à la suite d’un redressement fiscal qui la laisse ruinée et une santé de plus en plus chancelante, usée par les excès. Elle meurt en 2004.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :