Mademoiselle Elisabeth de Virginie Bégaudeau – Avis lecture

Eté 1868

L’illustre famille Calys tente d’étouffer un scandale. Elisabeth n’épousera pas ce riche industriel à qui elle est promise. A l’aube de ses quinze ans, elle lutte contre une mère despote et un père hors-la-loi.

C’est alors que Jean-Jacques, capitaine écorché vif, bouleverse sa vie et devient le héros dont la jeune fille a tant besoin. Un idéal qui lui donne la force de fuir sa condition et d’échapper à son mariage arrangé.

Il la protège, la fascine, lui apprend à être fière. Elle l’arrache à ses peurs et, ensemble, ils inventent leur liberté.

Mais Elisabeth découvre que Jean-Jacques n’est pas celui qu’elle a imaginé et que leur rencontre n’est pas accidentelle.

« Mademoiselle Elisabeth » c’est l’histoire d’une jeune femme affranchie et d’un amour fou. L’histoire d’un rêve presque éternel.

Mon avis :

Amour d’un autre temps où les non-dits sont plus importants que les mots d’amour.

Une histoire divisée en deux époques, la première longue, interminable ou l’auteur prend le temps de mettre son intrigue en place, et pourtant… jamais nous ne ressentons l’envie d’arrêter notre lecture, car les mots sont beaux, purs, pas simplement écrits, mais gravés sur le papier. Longueurs interminables, mais indispensables pour s’imprégner de l’essence même de chaque personnage.

Ma lecture n’en finissait pas, dix jours, dix longs jours pour terminer ce roman, mais combien en compterai-je pour l’oublier ? Pour oublier la courageuse et intrépide Elisabeth ? Pour espérer qu’un jour le regard sombre d’un Jean-Jacques se pose sur moi ?

Je referme ce roman pour me confier à l’auteur, je viens de passer dix jours inoubliables avec mademoiselle Elisabeth.

Pour acheter ce roman, c’est ici

81yKFgc8JCL._UX250_

Née en 1989, Virginie Bégaudeau est passionnée des grandes fresques d’amour qui racontent l’Histoire. Elle édite son premier roman « Mademoiselle Elisabeth » à l’âge de quinze ans. Il est réédité en septembre 2019 pour la collection « Les Éternelles » et marque un tournant dans sa carrière.

Deux autres volumes compléteront la collection courant 2020 : « Ama », un roman noir sur le fanatisme au coeur de la capitale en 1890 et « Laudanum » (Finaliste du Prix de l’Autre Edition 2016) qui plonge dans la psychiatrie au début du XXème siècle. Des textes où les héroïnes se battent pour survivre. Etre Fortes. Etre libres.

Bercée entre le XIXème siècle et son Paris contemporain, Virginie explore les genres littéraires. du témoignage avec « Adieu, Blanche-Neige ! » (Finaliste du Prix du roman d’Entreprise 2014) au road-trip érotique avec « June » (La Musardine).

Elle écrit aujourd’huipour le magazine littéraire Ernest et se considère comme une auteure hybride.

Son nouveau projet « LeXuS », une dystopie érotique, sera publié par les éditions SAGA EGMONT en 2020 et traduit en plusieurs langues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :