Les Roses de Dublin de Louis Valentin – Avis lecture

Résultat de recherche d'images pour "roman les roses de dublin"

Résumé :

A l’issue d’un match du Tournoi des Cinq Nations, le journaliste Chris Berdol se fait violemment attaquer, sans raison apparente, par deux joueurs irlandais. Et Chris est bien décidé à retrouver ses agresseurs et à leur demander des comptes!
Parti pour l’Irlande, c’est un brusque retour au passé qui l’attend: la soeur des rugbymen n’est autre que Spring, une superbe rousse aux yeux verts, ex-mannequin, qu’il a aimée jadis.
Protégée jalousement par ses frères, véritables forces de la nature, la jeune femme élève avec courage un petit garçon de dix ans…
Cet enfant ne serait-il pas le fils de Chris?

Résultat de recherche d'images pour "photo du film les roses de dublin"

Mon avis :

Une jolie romance au cœur de l’Irlande.

À la suite d’une aventure d’un soir, Spring se retrouve enceinte. Le père de l’enfant, un journaliste beau, immature et grand amateur de femmes, refuse de le reconnaître.

Dix ans plus tard.

Lors d’un match de rugby, Chris Berdol est agressé par deux hommes. Il rejoint l’Irlande pour se venger de ses agresseurs qui ne sont autres que deux des frères de Spring. La rencontre avec son fils va changer sa vie et ses priorités.

Des personnages caricaturaux pour notre plus grand bonheur !

Chris, le journaliste coureur de jupons, aventureux, menteur et beau. Le prototype de nos bads boys. Eh oui, nous n’avons rien inventé.

Résultat de recherche d'images pour "les roses de dublin"Spring, douce et belle jeune femme, qui a payé son erreur d’un soir en mettant au monde un enfant sans père : Anthony.

Inès Lamour, comédienne et maîtresse de Chris. Star internationale excentrique qui n’a qu’un seul amour : elle.

-Chris est beau, mais c’est un fugueur, remarqua Inès. Il ne peut résister à aucune fille.

-Que pouvez-vous apprécier en lui ?

-Ma beauté.

– Et lui en vous?

-Son infidélité.

-Et votre mari ?

-Je crois qu’il est au Japon, nous communiquons uniquement par chèque.

Les cinq frères de Spring, les Kavanaugh, bagarreurs, armoires à glace, célibataires, mais qui craignent leur mère.

Tous les Kavanaugh se mélangeaient dans une mêlée furieuse d’où s’échappaient, par instants, un poing, un pied, une tête écorchée.

-ça c’est rien, dit Anthony à Chris stupéfait, si tu les voyais lorsqu’il ne reste plus qu’un gâteau…

Paulo, le meilleur ami de Chris. Une catastrophe ambulante.

Paulo dégrafa l’épingle de sûreté qui fermait son blouson. Il portait une pancarte autour du cou :

« Je m’appelle Paul Fiumenti. Si je suis perdu, ramenez-moi à Chris Berdol, hôtel Shelbourne, téléphone, 766.471. »

Homère Kratsinas dont le bateau a échoué sur les côtes irlandaise. Comédien, poète et metteur en scène un peu fou.

Au paroxysme de l’extase, il se leva, traversa le pub jupe au vent et sortit par le trou comme un papillon ivre.

Les soupirants de Spring, Arthur et Fritz, des messieurs d’âge respectable, riches propriétaires terriens, qui se disputeront la main de la belle comme des gamins de dix ans.

Arthur Hogan se retroussa le nez en le pinçant entre le pouce et l’index de sa main gauche tandis que sa main droite maniait délicatement un rasoir aussi long qu’un sabre d’abordage.

Posté devant le miroir monumental de sa salle de bains, il ressemblait de profil à un pied de table Louis XV.

– Violetta, comme ça, sans réfléchir, dites-moi oui ou non.

-À quel propos, monsieur Arthur ?

-J’ai dit « comme ça ».

-Comme ça ? Alors, je dis non.

-Non? Pourquoi non ?

-Par principe, je dis toujours non.

***

Fritz Hutzinger alignait quinze chapeaux qu’il essayait l’un après l’autre, de face, de profil, de trois quarts, devant la grande glace triptyque suspendue à la cimaise.

Courbée sur sa canne, sa mère observait son manège. Elle était vêtue d’une longue robe noire qui faisait ressortir sa peau cireuse, sillonnée de mille petites rides. On aurait dit un cierge drapé de crêpe mortuaire.

– Pourquoi tous ces chapeaux, vous n’avez qu’une seule tête ?

-Erreur ! Ma tête ne m’appartient plus ! Je suis amoureux. Je vais, de ce pas, demander la main de celle que j’aime.

Les yeux bruns de madame Hutzinger devinrent aussi insondables que deux flaques de goudron.

-Sans m’avoir consultée Fritz ?

-À cinquante-cinq ans, j’ai estimé que je pouvais me passer de votre consentement.

Vous l’avez compris, des personnages haut en couleur, pour une comédie romantique qui n’a pas perdu une once de fraîcheur.

Les Roses de Dublin est une mini-série télévisée française de six épisodes, relevant de la comédie romanesque, tournée en Irlande en 1981, et diffusée en décembre cette même année sur TF1. Dans le rôle de Chris, Jean-Claude Bouillon, l’oubliable inspecteur Valentin dans les « Brigades du Tigre »

Résultat de recherche d'images pour "jean claude bouillon inspecteur valentin brigade du tigre"

Extraits de la série télévisée Les Roses de Dublin :

Résultat de recherche d'images pour "roman les roses de dublin"

Pour acheter la série en DVD, c’est ici

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :