Mes lectures, mes avis, Romans historiques

Les coquelicots de sang de Rose Morvan

117997084

Résumé :

« Si j’ai entrepris d’écrire à partir de maintenant ce journal, c’est pour témoigner de notre difficulté à nous insérer dans ce monde d’hommes, surtout dans le domaine de la médecine où la méfiance à l’égard de notre sexe est tenace. Nos cerveaux, paraît-il, sont inaptes à concevoir la chose médicale. Ce présupposé nous maintient dans l’infériorité intellectuelle et nous enferme dans le gouffre de l’impossible crédibilité. Les plus virulents de nos adversaires y voient une altération, une aberration même de la nature, démontrant de manière tout à fait scientifique l’incompatibilité irréfragable d’être femme et médecin à la fois ! […]
Certains confrères et mes parents ne comprennent pas mon choix. “C’est trop dur pour une femme !” Les infirmières y sont bien, elles ! Pourquoi pas moi ? J’ai le cœur bien accroché. J’ai conscience que je devrai m’imposer dans les hôpitaux militaires pour être crédible. Cela m’est égal, j’ai le sang vif et la détermination qui l’accompagne. Je ne laisserai personne me dicter ma conduite.
C’est ma façon de remplir mon devoir de femme, de citoyenne et de médecin. »

Dans une profession exercée exclusivement par des hommes, elle a réussi à s’imposer et à devenir la meilleure dans sa spécialité.

Dans un début de siècle engoncé dans un carcan moral, social et religieux, elle a assumé qui elle était et ce qu’elle était.

Dans une société qui ne permettait pas aux femmes de vivre leurs passions amoureuses, elle a vécu les siennes en dépit de tout et de tous.

À une époque marquée par le patriarcat, elle a osé être une femme libre. Tout simplement.

Voici l’histoire du docteur Albertine Régnier, femme exceptionnelle et pourtant méconnue dont l’Histoire n’a pas retenu le nom. Il est temps de lui rendre hommage.

Image associée

Mon avis :

Lorsque la guerre devient espoir.

Comment regarder encore les coquelicots dans le jardin sans penser à ce livre merveilleux que l’on vient de refermer ?
Comment croire que la guerre ne se montre qu’horreur et désolation lorsqu’on tourne les pages de ce roman ?
Comment penser que l’espoir n’existe plus lorsque l’héroïne des coquelicots de sang vous prouve qu’on peut croire en sa destinée ?
Si vous voulez pleurer, sourire et puis rire, je ne peux que vous conseiller d’en commencer la lecture ! La seule manière de rendre hommage à Albertine Régnier, cette femme d’exception est de lire son histoire.

Un roman qui a bouleversé mon petit cœur que je croyais bien accroché.

Un auteur qui n’hésite pas à se documenter pour nous plonger dans l’histoire telle qu’elle devrait être contée ou racontée.

Image associée

Un moment inoubliable.
Jc

Pour acheter Les Coquelicots de sang, c’est ici

À propos des Coquelicots de sang, les premières lectrices ont dit : « J’ai été très impressionnée par l’écriture de ce texte, par la modernité de cette femme, sa liberté de ton aussi. »
« Nous notons les qualités indéniables de ce journal, à commencer par un style élaboré, une histoire intéressante et des personnages attachants. »
« J’ai eu le privilège de la lire avant tout le monde et je peux vous dire que cette histoire vous prend aux tripes, au cœur et à la gorge. Qu’elle ne ressemble à aucune autre. Un angle de vue original sur une période cent fois traitée. Sans oublier les sentiments… »

Source photo image à la une, magnifique mise en page du roman par le blog En cours de lecture d’Ysaline Fearfaol

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s