Mes interviews

Mon interview par Joëlle Marchal

BONSOIR JE PARTAGE L’INTERVIEW QUE J’AI RÉALISÉ CE SOIR AVEC JC STAIGNIER AUTEURE SUR MON GROUPE FB : LECTEURS-AUTEURS : LA PASSION DES MOTS

INTERVIEW AUTEUR

JC STAIGNIER

Lundi 25 mars 2019 à 18 h

direct

JM: — Bonsoir à tous, j’ai lu récemment « Les Damoiselles de Castel Dark » de notre amie JC STAIGNIER qui a gentiment accepté de répondre, ce soir, à mes questions.

JM: — Bonsoir JC

  • Comment vas-tu ? Es-tu prête à « subir mon petit interrogatoire » ?

JC : Bonsoir, Joëlle. Bonsoir à tous les membres du groupe. Oui, je suis prête et je jure sur l’honneur de dire toute la vérité.

Résultat de recherche d'images pour "je jure sur l'honneur de dire toute la vérité"

JM: — Peux-tu, tout d’abord, te présenter afin que nos amis puissent mieux te connaître ?

JC : Je suis Belge, cinquantenaire, lectrice compulsive et auteur d’une saga historique dont le premier tome vient de paraître chez Something Else Éditions.

JM: — L’écriture est-ce une passion ou un métier pour toi ?

JC : Une passion avant tout et peu d’auteurs peuvent se permettre d’en vivre.

JM: — Peux-tu nous parler de ton premier roman ?

JC : Il fait partie d’une saga « Le Destin des cœurs perdus ». Le premier tome « Les Damoiselles de Castel Dark » est paru le 27 décembre 2018 en numérique et sortira en papier fin mars 2019. C’est une saga familiale et historique débutant au Moyen Age.

JM: — Comment as-tu procédé pour faire publier ce livre ?

JC : Je l’ai envoyé à plusieurs ME. J’ai subi de nombreux refus, mais trois mois plus tard j’ai signé avec une petite maison d’édition. Hélas ! à quelques mois de la date de sortie, elle a fermé ses portes. J’avais la chance de faire partie des partenaires de la Voie de Calliopé, une association bénévole pour les auteurs. Sa créatrice, Emma Freya, m’a mise en contact avec Mandy Bell, l’éditrice de SEE. Elle a apprécié l’histoire et j’ai signé un contrat avec cette Maison spécialisée dans la romance.

JM: — As-tu d’autres projets d’écriture et souhaites-tu nous en parler ?

JC : Je n’ai pas d’autres projets que cette saga, car en général, je ne sais pas m’éparpiller. Je ne pourrais pas commencer plusieurs histoires à la fois. Exception pour un roman écrit à quatre mains avec mon amie l’auteur Julie-Anne B.

JM: — Où as-tu trouvé l’inspiration pour créer les protagonistes de ton livre ? En combien de temps écris-tu un roman ?

JC : Je pose la question aux lecteurs : vous souvenez-vous de vos rêves ? Moi, oui et souvent. Ce roman est né pendant mon sommeil et a pris rapidement vie sur papier. Depuis mes 13 ans, je suis une adepte des romances historiques et il me paraissait logique que je publie sur ce genre. J’ai écrit le roman en quinze jours. Fière et satisfaite, du moins, je le croyais. Une chroniqueuse, Cocomilady, l’a lu et m’a redirigé rapidement sur la voie de la modestie. Elle n’a pas mâché ses mots et j’ai hésité à passer sous un train pour en finir rapidement. Deux jours m’ont été nécessaires pour me remettre du choc émotionnel. Ensuite, j’ai relu son mail et j’ai fait ce qu’elle me conseillait : tout recommencer ! J’ai pris 6 fois plus de temps à le corriger qu’à l’écrire. Et je remercie tous ceux qui m’ont aidé à le peaufiner.

JM: — Comment écris-tu (cahiers, carnets, direct sur l’ordinateur) ?

JC : Le premier, je l’ai écrit à la main. Les suivants sur l’ordinateur.

JM : — Le thème de ton premier roman, romance historique, nécessite de nombreuses recherches. Comment as-tu procédé pour ce faire ?

JC : J’ai fait de nombreuses recherches sur le net, des heures et des heures de travail, de pages imprimées, de livres d’histoire consultés. J’ai eu aussi la chance de connaître Rose Morvan, un auteur pointilleux sur ce qui concerne la romance historique. Je précise que parfois, j’ai un peu dérapé sur la vérité historique au profit du romanesque, mais que Rose n’est pas complice de mes débordements. Au cas où… elle est violente et n’hésiterait pas à me donner des coups de latte.

JM: — Y a-t-il dans ton roman, des personnages qui te touchent particulièrement et auxquels tu d’identifies ?

JC : Oui. Aelis, la benjamine de la famille. Elle a du répondant et je pense que nombreuses de ses expressions auraient pu sortir de ma bouche.

JM : — As-tu des séances de dédicaces prévues prochainement ?

JC : Je serai présente à Mon’s livres en Belgique les 16 et 17 novembre 2019. Je n’ai pas encore le planning, mais je le partagerai sur mon profil ou ma page dès que ce sera le cas.

Résultat de recherche d'images pour "mons livres 2019"

JM: — A qui confies-tu tes manuscrits en première lecture (membre de ta famille, bêta-lecteur) ?

JC : Le premier à le lire a été mon mari. Puis une amie personnelle et enfin Elina Réant, une lectrice sur FB. Tout au long de ce roman, j’ai ensuite profité de nombreux conseils de lecteurs, chroniqueurs, bêta-lectrices. J’ai écouté chaque conseil avec grand intérêt.

JM: — Es-tu sensible à la critique littéraire et penses-tu que les blogs, les réseaux sociaux aident les écrivains à promouvoir leurs écrits ?

JC  : Je crois en l’entraide littéraire. Le monde des auteurs est parfois égoïste, « du chacun pour soi ». C’est une erreur. Il faut s’intéresser aux autres pour qu’ils s’intéressent à toi. Cécile Amas Courtois, l’auteur de « Nordie » a partagé son avis sur mon roman dans une quarantaine de groupes. Je lui tire mon chapeau, car elle est un bel exemple du mot partage. Tous les jours, Romane Rose, l’auteur d’« Obsessions », partage mes publications et je partage les siennes. J’approuve à 100 % cette solidarité. La Voie de Calliopé dont je fais partie veut démontrer que l’entraide est l’avenir d’un auteur. Voilà pourquoi je la soutiens à 100%. Pour la sensibilité à la critique, je pense qu’il faut écouter tous les avis positifs ou négatifs avec la même approche, celle d’évoluer dans l’écriture.

JM: — En dehors de l’écriture quelles sont tes passions ?

JC  : La lecture. Lire me permet de m’évader dans un monde meilleur.

JM: — Je sais que tu as créé un blog et un groupe FB : peux-tu nous en parler et nous communiquer leurs liens ?

JC : Le blog s’appelle « Le Blog d’une rousse péteuse ». Créé comme un blog auteur, je partage mes avis de lecture sur mes achats, des conseils d’orthographe, des histoires courtes, des interviews d’auteurs, chroniqueurs, etc.

Le groupe s’appelle « Romancez-moi ». Créé par 4 copines auteurs, Julie-Anne, Romane, Gaëlle et moi, nous y parlons de nos écrits, de nos blogs, de nos pages. Nous laissons des jours pour les pubs auteurs, chroniqueurs. Nous avons la chance d’avoir à nos côtés 3 modératrices exceptionnelles, Sophie, Magali et Sonia. Les membres sont géniaux et participent activement à la vie de la page. Chacun a ses propres soucis dans la vie et nous ne sommes pas là pour en ajouter. Ce groupe est surtout destiné à ceux qui veulent rire et se détendre.

https://www.facebook.com/groups/1914825071944699/

cover photo, L’image contient peut-être : une personne ou plus

JM: — Quel est ton plus grand rêve ?

JC : Que mon fils réussisse dans la vie.

JM: — Quels auteurs t’ont donné l’envie d’écrire ?

JC : Barbara Cartland. Ado, j’avais toute la collection. Depuis mes goûts ont changé, mais elle restera le déclic à ma passion.

Résultat de recherche d'images pour "barbara cartland"

JM : — Lis-tu ? Quel genre ?

JC : Mes goûts sont assez variés. La romance, romance historique, les thrillers, les romans d’horreur, le fantastique. J’ai un peu plus de mal avec la SF, la poésie, et les nouvelles.

JM : — Es-tu thé ou café ? Vanille ou chocolat ? Mer ou montagne ?

JC : Thé. Chocolat. Mer.

JM : — Peux-tu nous donner une des tes qualités ? Un de tes défauts ?

JC : Généreuse et colérique.

JM: — Si tu devais partir sur une île déserte quel objet indispensable à tes yeux emporterais-tu ?

JC : Une tablette de chocolat indispensable à ma survie !

JM: — Quel est ton proverbe préféré ?

JC : « L’humour, c’est le droit d’être imprudent, d’avoir le courage de déplaire, la permission absolue d’être imprudent. » (Pierre Desproges)

JM: — As-tu quelque chose à ajouter ?

JC : Je suis heureuse d’avoir découvert ton groupe et ses administratrices qui partagent avec nous cette belle passion de la lecture. Merci à tous les membres qui suivent cette interview passionnante puisque c’est moi qui la donne !

JM: — Merci JC pour cet agréable moment passé en ta compagnie, ta disponibilité et ta gentillesse.

Merci à toi de nous donner l’occasion de nous exprimer.

Les amis, vous pouvez, si vous le souhaitez, poser d’autres questions à JC qui se fera un plaisir de vous répondre en direct ou plus tard si vous n’êtes pas présents ce soir.

Nathalie : As-tu un rituel lorsque tu écris. Quand écris-tu ?

JC : J’écris et je traîne sur FB. Une horreur. Je mets deux fois plus de temps à m’impliquer dans mes écrits. J’écris tous les jours afin de ne pas perdre le fil de mes idées. Ce qui fait que je traîne tous les jours sur FB.

Monique :  votre roman historique se situe au moyen -âge ( quelle bonne idée ) où se passe t’il : en Belgique ?

JC : Il débute en Angleterre et se passe également en France. J’éprouve pour l’histoire de France une véritable passion. Je ne suis une bonne Belge que pour les frites et la bière.

Monique : Un véritable honneur pour nous , merci 😊 je peux devenir une bonne belge pour un bon plat de moules/frites avec bière 😊

Résultat de recherche d'images pour "moules frites"

Marie Lou : Avez vous un rituel lorsque vous écrivez , comme écouter de la musique , ou grignoter 😉 etc .?

JC : J’écoute de la musique via l’ordinateur et oui je grignote. 30 kilos en plus sur 4 ans. Mon mari en profite, je le tiens au chaud la nuit.

Isabelle : je vais d’abord poser une question existentielle : chocolat noir ou au lait ou blanc sur l’île déserte ? 😃😃🤣

JC : Au lait, encore meilleur s’il y a de grosses noisettes.

Nathalie : Envisages-tu d’écrire dans un tout autre registre ?

JC : Oui, j’aimerais me lancer dans le contemporain. Mais… même à la lecture j’ai du mal à m’habituer à certains styles plus modernes. Donc, je me tâte.

Attention, la Romane Rose arrive dans l’interview et, comme à chaque fois, c’est là que tout se corse.  Déjà elle fait sa pub pour son roman « Obsession » rien qu’avec sa question.

Romane : Si tu devais adopter un animal, adopterais-tu un chat caractériel à l’humour grinçant ?

JC : Un Barnaby. Ne viens pas faire ta pub pendant mon interview !

Résultat de recherche d'images pour "obsessions romane rose"

Sylvie : Tu tapes avec combien de doigts ma roussette 😉

 Jc : Les 10 ! Aussi bien sur le clavier que sur mon mari.

Isabelle : Pourquoi n’aimes tu pas les Nouvelles, parce que tu préfères les sagas ? parce que c’est trop court ?

Jc : Les nouvelles sont courtes. A la lecture, j’en veux toujours plus. A l’écriture, on impose un nombre de mots et je déborde, je déborde…

Romane : as-tu des mots fétiches dans tes écrits ?

Jc : Je t’aime ! C’est la réponse à la question, pas une déclaration d’amour en live, hein.

Romane : Si un jour tu deviens hyper-méga célèbre, quelle sera ta première action en faveur des auteurs ?

Jc : j’ouvre une maison d’édition et mon auteur phare sera Romane Rose ! Et je n’oublierai aucun de mes amis. Qui est mon ami ici dans les auteurs ? J’ai joué au loto, hier.

Isabelle : Si j’ai bien compris tu es toujours sur les mêmes personnages. Connais tu la fin? Arrives tu à quitter tes personnages ? Aimes tu les sagas parce justement tes personnages vivent plus longtemps ?

Jc : Je ne suis pas le genre d’auteur qui vit avec les personnages de ses romans ou quitte tristement ses héros. Je n’hésite pas à m’en débarrasser s’ils me gênent ou si le scénario pour un prochain tome l’exige. Fin d’un tome, je passe à autre chose.

Romane : Quel est ton processus d’écriture ? Adoptes-tu un plan précis ou te fies tu à ton GPS (tourner à droite au prochain carrefour *dans un sens interdit, évidemment !)

Jc : Pas de plan. Je vais au flair !

Romane : As-tu des défauts d’écriture qui te pourrissent la vie (de château) ?

Jc : je hais l’imparfait et le futur simple. Je hais les règles de français qui me donnent du fil à retordre. Je hais Grevisse. Il ne pouvait pas faire du tricot pour se détendre ?

Note à Romane Rose : C’est un interview pour me mettre en valeur. ça ne va pas dans ta tête de demander mes défauts d’écriture ! La prochaine fois, tu dois mettre mes qualités en avant. Je te donnerai la liste…

Gerald : Jc Staignier, quel est votre prénom…? On aurait ptet du commencer par là … ? (Moi j’verrais bien Jeanne-Charlotte ou… Jolie Christine…???)

Jc : Isabelle

Romane : Un jour, écriras-tu un livre en Belge avec l’accent ?

Jc : Un livre audio ! Crois-moi, m’entendre parler Belge, ça vaut la peine.

Romane : Ouais, il parait que tu as un accent à couper au couteau… pour écouter, c’est pas pratique. lol.

Romane :  Parlons peu, mais parlons bien : dentelle ou coton ?

Jc : Un mélange des deux. Pour le fessier « coton », absorbe mieux. Pour la devanture « dentelle ».

Marie lou : Champagne ou pétillant ? Parce que c est bientôt l apéro 😉.

Jc : Champagne ! Soyons fous !

Résultat de recherche d'images pour "champagne gif"

Monique : Poisson ou viande ?

Jc : Viande !

Monique : Avec des frites !

Romane : Si tu devais t’approprier un livre célèbre, quel serait-il ? (je parle pas de plagiat, mais d’une réincarnation à l’envers)

Jc : Autant en emporte le vent. Et j’emporterais Rhett Butler.

Romane : Pour quelle cause serais-tu prête à donner de ta personne ? A mourir quitte à faire ?

Jc : Euh… ce n’est pas l’heure de l’apéro chez toi ?

La question chelou. Je l’attends de pied ferme pour le sien !

Romane : J’ai braqué le contrôleur du train pour que l’autorail ne s’arrête à aucune des gares habituelles pour être ici ce soir, alors je pose des questions existentielles !

Gerald : de quelle ville êtes-vous en Belgique ?

Jc : De Gosselies, dans la région de Charleroi. Je te sens venir Gerald, pour le numéro de téléphone, tu passeras en privé.

Image associée

Gerald : Non ! Je suis de Fleurus ! On a vécu à 10 km l’un de l’autre, Isabelle, c’est un signe qui ne trompe pas… tu as du talent !

Alors ça ! Deux auteurs Belges dans le même groupe. M’étonne pas que les membres, ils parlent sans arrête de moules-frites et de bière !

Romane : Un gentil génie te donne le pouvoir de réaliser un voeu (oui, je sais, les génies deviennent avares), quel serait-il ?

Jc : L’invisiblité. Je vois et j’entends tout. Je suis curieuse, moi.

Fin de l’interview !

Un grand merci à tous les membres du groupe pour ce moment passé en leur compagnie.

Je rappelle que vous pouvez retrouver Joëlle Marchal sur son blog, ici

Et son super groupe avec interviews des auteurs, chroniques et lectures ici

Publicités

4 réflexions au sujet de “Mon interview par Joëlle Marchal”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s