Chroniques des damoiselles de Castel Dark

Chronique « Les Damoiselles de Castel Dark » par « Lady Romance »

Le destin des coeurs perdus – tome 1 : Les demoiselles de Castel Dark, JC Staignier

Publié le par LadyRomance

Publié le 28 décembre 2018 chez Something Else Editions (Still), 676 pages, format kindle 4.99 euros.

Thèmes : Saga historique – Romance – Moyen-âge – Angleterre – Fratrie – Passion – Chevalier – Violence – Haine – Vengeance…

Angleterre, 1390. Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer.

À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent.

Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir ?

mon avis

Comme vous le savez, je lis très peu de la romance pure. Je n’y trouve pas mon compte, c’est ainsi. Je préfère les romans féminins, particulièrement les historiques comme vous le savez déjà aussi, ceux qui relatent toujours des histoires d’amour dans des styles différents tels que évasion, aventure, secrets de famille etc… Alors, je remercie tout spécialement Jc Steignier sachant cela pour la confiance qu’elle m’a accordé pour le Service Presse de son roman Les demoiselles de Castel Dark.


Il s’agit du premier tome d’une série intitulée Le destin des cœurs perdus. Et… surprise… ! Je ne m’attendais pas à une telle qualité de romance historique, d’autant plus qu’il s’agit de son premier roman. Le récit est très bien maîtrisé avec pourtant une histoire dense et une belle diversité de personnagestrèsbien travaillés qui évoluent dans des lieux différents et vivent des situations et des événements variés. L’écriture est fluide et très agréable passant du récit aux dialogues ou aux descriptions dans un équilibre très appréciable.  

Ce premier tome nous présente la famille du comte de Clayton de Percival de Castel Dark en 1390 en Angleterre. Celui-ci reçoit la sommation du roi d’envoyer ses trois filles aînées séjourner à Hill House afin d’y être présentées à son cousin le duc Arthur de Templeton dans le but de choisir pour épouse l’une d’entre elles. Alors que Jane et Mary se réjouissent de ce voyage plein de promesses et d’espoir d’être l’élue du duc, Ilyana, la plus jeune du haut de ses quinze ans, curieuse du monde, au bon cœur et éprise de liberté, désire y échapper et rester au château. Elle rêve d’un amour de conte de fée, de tomber amoureuse et certainement pas d’un mariage arrangé. Sa mère s’inquiétant de son caractère naïf et farouche, elle affecte à sa garde Emmet Kane, un très bel homme de vingt-cinq ans, un rustre sans compassion bien que loyal. En effet, Ilyana a la fâcheuse manie de se mettre en mauvaise posture et même en danger de mort par son caractère ingénu.
Ce que les jeunes filles ignorent c’est que ce départ marquera la fin à tout jamais de leur enfance et de leur ignorance car leur destin déjà en marche les mènera vers des chemins bien différents de ceux auxquels elles avaient songé.


J’ai beaucoup aimé l’aspect chevaleresque de l’histoire. Les preux chevaliers me renvoient aux contes et ça me plaît beaucoup. Il y a d’ailleurs une légèreté bienvenue dans le couple de héros que forment Ilyana et Emmet, qui sont de très beaux personnages dont j’ai beaucoup apprécié l’humour. Il y a une réelle progression de leur caractère respectif au fil du récit, leur personnage étant travaillé en profondeur. Ceci dit, tous les personnages ont une personnalité bien marquée et donnent chacun à leur façon une réelle dimension à l’intrigue.
Entre aventure, esprit chevaleresque, passion mais aussi haine, vengeance, abus de pouvoir et perversion, ce premier tome du Destin des cœurs perdus est un roman réalisé avec beaucoup de sérieux quant au réalisme historique avec un vocabulaire, ainsi que les usages et coutumes de l’époque. Certains passages sont très difficiles mais ils correspondent tout à fait à la mentalité moyenâgeuse où la femme n’était guère respectée, les hommes ayant souvent tous les droits. Riche en divers personnages de qualité, cette romance historique très divertissante et efficace permet de suivre de nombreuses situations et péripéties inédites qui raviront les amatrices du genre.

 

– Sir Emmet, avant mon mariage, je n’étais qu’un rebelle épris de liberté, de bagarres et de donzelles. Cependant, la véritable richesse se gagne dans l’amour que nous portons à notre famille.
– Tout dépend de l’homme, sir.
– Vous vous trompez, tout dépend de la femme ! Ni votre armure ni votre épée ne vous protègerons de ses charnelles attaques.

Si nous estimions un être humain selon la beauté de son âme, Arthur ramperait tel un vil insecte et beaucoup de serfs deviendraient des ducs. Je pense aussi que sous vos airs d’homme brutal, je vous fais peur, car l’affection vous fait peur !

Pour retrouver Lady Romance sur son blog, c’est ici

Pour la retrouver sur sa page FB, c’est ici

Sur Instagram, c’est ici

Un blog que je suivais même avant d’écrire et que je remercie pour cette superbe chronique.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s