Mes interviews

Mon interview par Lucille de « La Plume »

Nous commençons cette interview avec cette très jolie bannière, qui illustre parfaitement le blog  (et l’univers) de JC Staignier ! (Pour le découvrir, vous n’avez plus qu’à cliquer dessus.) Blogueuse à l’écoute des auteurs, elle a gentiment accepter de répondre à mes petites questions. L’occasion pour nous d’en apprendre un peu plus sur cette auteur et son  roman à paraître ! 

L’image contient peut-être : 1 personne, debout et texte

Sortie : 28 Décembre
 
Editions Something Else
« Angleterre, 1390. Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer.
À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent.
Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir?« 
 
 

Enfin, c’est à mon tour de poser les questions ! Hum, hum, commençons d’abord par une présentation de toi (on veut tout savoir, ou presque).

 
Bonjour, Lucille. Quel plaisir de passer un moment de torture morale en ta compagnie !
Pour ceux qui se poseraient la question, les initiales de mon pseudo auteur sont celles de mon papa.
Je porte avec bonne humeur mon demi-siècle, mes articulations, un peu moins.
Je vis en Belgique et je le vis bien.
J’adore ton blog, « Le Blog d’Une Rousse Péteuse », où tu réunis chroniques, conseils, et news concernant ta vie d’auteur. L’écriture a-t-elle toujours été une passion ?
Je devais avoisiner les 14 ans lors de l’écriture de mes deux premiers romans. Une passion que mes parents désapprouvaient et ces livres se sont retrouvés à la poubelle. Je me suis rebellée contre cette injustice et j’ai négligé l’école. Un énorme regret. J’ai travaillé très tôt et j’ai laissé de côté ma grande passion.

 

Une petite habitude (ou un toc) qui te permet de mieux écrire ?

Une mauvaise habitude : le chocolat. Je grignote sans arrêt et j’ai pris plus de trente kilos depuis que j’écris.
Un genre que tu affectionnes, ou tu peux aussi bien écrire une romance qu’un thriller ou de la fantasy ?
J’adore la romance historique et il me semblait évident d’écrire sur ce genre. Par contre, mes lectures sont variées. J’aime la romance, la fantasy, les thrillers.
Des auteurs qui t’inspirent en particulier ?
Tout auteur est une source d’inspiration inépuisable, mais j’aime penser que mes idées sont déjà une excellente motivation.
Récemment, tu as annoncé que ton premier roman, « Les Damoiselles de Castel Dark » allait paraître chez Something Else Editions. Quelques mots (ou plus) pour nous présenter cette romance historique ? 
Ta question me permet d’exprimer mes craintes pour ma prochaine parution. En effet, le terme romance historique est inapproprié si l’on se réfère à la définition exacte du genre. Je dirais plutôt une saga historique. Elle se déroule au Moyen-Âge, une époque difficile et brutale pour la condition de la femme. Néanmoins, l’histoire reste malgré tout une belle histoire d’amour.
 
Parlons de tes personnages! Comment « naissent-ils » ? T’inspires-tu d’acteurs, de personnages célèbres, ou bien/et de toi-même ?
Ce roman est né de l’un de mes rêves. J’ai littéralement sauté de mon lit, un bel exploit sportif, pour retranscrire tout sur papier. L’une de mes héroïnes ne se gêne pas pour dire ce qu’elle pense et je peux dire qu’elle me ressemble. Mon compagnon et premier lecteur l’adore, car il reconnaît en elle, une grande partie de ma personnalité.
Hésiterais-tu en faire mourir certains, par peur par exemple que les lecteurs te maudissent à jamais ?
Non. La mort d’un personnage donne toujours la vie à un autre. Dans « Les Damoiselles », le lecteur doit prendre conscience qu’à cette époque les gens tombaient comme des mouches, maladies, duels, guerres et famines. 
 
Et puisqu’on aborde le sujet des lecteurs (ces êtres exigeants), redoutes-tu les retours négatifs ? (Oui, j’ai un don inné pour rassurer les auteurs). 
L’auteur a le droit d’écrire ce qu’il veut, le lecteur a le droit de dire son ressenti comme il le veut. Je suis assez philosophe sur le sujet, car il faut rester conscient qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Plusieurs bêta-lectrices ont travaillé sur mon roman et leurs avis divergeaient. Un personnage détesté par l’une se retrouvait adulé par l’autre. On ne peut pas écrire à la carte.
Je suis à l’écoute de tout avis et pas toujours les meilleurs. Un commentaire « c’est génial » gonfle certainement l’ego, mais n’apporte pas à l’auteur une grande aide. Je peux te donner un exemple. J’ai écrit mon roman en 15 jours. Fière de moi, je l’ai envoyé à une chroniqueuse. Elle n’a pas été tendre et a conclu par ces quelques notes : recommence tout ! Les argumentations suivaient et j’ai retravaillé mon roman selon ses conseils.
Même si sa critique était virulente, elle était objective. Et je la remercie de m’avoir aidé à tenter de me surpasser.
Pour les jeunes auteurs qui recherchent justement une maison d’édition, parle-nous de ton parcours : est-ce que cela a été facile pour toi d’en trouver une ?
J’ai envoyé mon roman en décembre 2016 à une dizaine de maisons d’édition. Quelques semaines plus tard, je recevais une réponse positive de l’une d’elles. Hélas, quelques mois avant la parution du roman, cette ME fermait ses portes. Une nouvelle chance s’est présentée à moi et elle s’appelait Emma Freya. Nous étions amies sur FB et elle m’a mis en contact avec Mandy, l’éditrice de Something Else Éditions. Mandy a lu le roman, l’a apprécié et quelques mois plus tard, je signais avec la ME.
 
Un dernier mot pour convaincre les lecteurs de découvrir ton roman ?
100 % desgagnants ont tenté leur chance. Si vous ne le lisez pas, dites-vous que vous ne l’avez pas lu.
Lucille, mes derniers mots te seront destinés. Je crois en l’entraide dans le monde littéraire et tu es une belle preuve qu’elle existe. Merci pour ton intérêt.
Pour retrouver Lucille sur son blog, c’est ici
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s