Driven tome 1 à 4 de K.Bromberg – Avis lecture

Résultat de recherche d'images pour "driven"

Résumé :

Pour se protéger de déboires passés, Rylee Thomas est toujours dans le contrôle d’elle-même jusqu’au jour où elle rencontre le seul homme qui, justement, pourrait lui donner envie de lâcher prise… Colton Donavan, un boy superbe, arrogant et ténébreux, habitué à obtenir tout ce qu’il désire. Une histoire d’amour torride entre une femme qui cherche à se reconstruire et un pilote de course intrépide, constamment sur le fil du rasoir, qui repousse toujours plus loin ses propres limites comme celles des autres.

Mon avis :

Comme la lumière bleue des voitures de police attire le regard, le bandeau fluo sur le roman a conquis la lectrice passionnée qui ne sommeille jamais en moi. Des millions de lecteurs ! Des millions, et je ne suis pas dans cette liste ? Impensable !

Le seul « hic »? Je ne suis pas une grande admiratrice de la littérature érotique contemporaine. Non, que je boycotte le genre, mais je trouve qu’il est de plus en plus difficile de trouver des romans qui sortent du tas et apportent du renouveau dans l’érotisme contemporain. Je suis certaine que vous pensez : mais comme elle fait sa malinoise ! Pourtant, vous verrez. Vos goûts de lecture changent à chaque décennie. Vos lectures d’aujourd’hui ne seront plus celles de demain. Comme celles d’hier ne sont plus celles d’aujourd’hui.

Quoi ? Tu lis encore Geronimo Stilton en cachette ?

Pour l’intrigue, pas de surprise. La pure jeune fille tombe amoureuse du bad boy. Barbara Cartland exploitait déjà le filon depuis belle lurette, mais ses héroïnes étaient vierges.

Du sexe, du sexe et encore du sexe !

Image associée

Néanmoins, je vais vous surprendre (ou pas). J’ai bien aimé. Ohlala ! L’avis riquiqui ! J’aime bien, comme dirait mon fils en dégustant mes petits pains à l’ail.

Je ne sais pas si ce sont les pectoraux de Colton qui m’ont séduite, mais je suis imaginée à la place de la Ferrari qu’il rêve de conduire.

Résultat de recherche d'images pour "driven série"

Je ne m’étendrai pas sur les quatre tomes. Le premier m’a chauffée ; le deuxième m’a emballée ; le troisième m’a refroidie, et le quatrième m’a désemballée. Si ça se dit, puisque je le dis. Le numéro quatre, six ans plus tard, m’a convaincue que cette suite était inutile. Néanmoins, pour apporter du beurre dans les épinards ou des sous dans les portefeuilles des auteurs et des ME, c’est indispensable.

J’ai cru comprendre que d’autres tomes suivaient, mais ils ne racontaient plus l’histoire de nos tourtereaux, d’où ma question : quel est l’intérêt de garder le même nom pour la série ?

Comme mes talents de chroniqueuses se résument au point zéro, je ne donnerai qu’un court avis sur les quatre romans. Malgré les clichés indispensables à une bonne romance érotique (oui, car certains critiquent les clichés, mais sans eux, une romance n’en est plus une), j’ai trouvé l’écriture de l’auteur originale et rythmée.

Bon de temps en temps, quelques petites phrases insupportables, genre le mec qui dit à Rylee : je te pilote. Faudrait lui répondre : ben alors, passe la deuxième, chéri!

Résultat de recherche d'images pour "driven série"

Soit, j’ai goûté à la pure romance érotique contemporaine et je n’en suis pas morte. Comme quoi, l’espoir sur cette terre est toujours permis.

Je peux même dire que si le roman Driven s’était décliné en un seul tome, j’aurais mis une note maximale. Les romances en deux, trois, quatre voire même cinq tomes sont tendances. Mais attention, comme dans tout, le trop nuit.

S’il faut quatre tomes pour qu’un couple trouve des réponses à ses questions, je peux vous affirmer qu’après quarante de mariage, ils sont encore occupés de tenter de se comprendre.

Dans l’ensemble, je conseille donc la série Driven aux amatrices du genre. Mais je crois que point besoin de leur dire. Je dois être la dernière à l’avoir lu.

Jc

Pour acheter les romans de K. Bromberg, c’est ici

K Bromberg

Kay Bromberg, auteur à succès reconnue par le New York Times et USA Today, est cette femme réservée qui réussit à dissimuler l’enfant rebelle qui est en elle – et qu’elle laisse s’exprimer chaque fois qu’elle s’installe devant le clavier de son ordinateur. Sur un coup de tête, K. Bromberg, qui vit en Californie avec son mari et ses trois enfants, a décidé de s’essayer à l’écriture. Ses premiers romans, Driven, Fueled et Crashed, qui constituent la trilogie Driven, ont été salués par la critique avant de devenir des best-sellers et d’intégrer le top 4 de la liste du New York Times et de USA Today. Elle a aussi publié une nouvelle, Unraveled, et une suite à la Trilogie Driven, intitulée Raced.

Source photo de bannière

Je vous propose de découvrir la chronique complète des Lecture de Nini :

Mon avis 

Est-ce que vous avez déjà percuté  un poteau en pleine rue alors que vous ne regardiez pas où vous marchiez. La sensation peut se résumer par « Bam – Aie – j’ai honte ». Vous vous cognez, vous avez mal, une sensation bizarre vous enveloppe  et vous  avez honte, vous regardez autour de vous pour vérifier  que personne ne vous a vu et vous continuez votre chemin tête baissée en essayant de reprendre vos esprits.

Voilà comment je peux résumer le début du livre, nous faisons connaissance avec les 2 personnages principaux, Rylee et Colton et sans attendre  « BAM », l’histoire est invraisemblable et j’ai même un peu honte pour ces héros, décontenancée je continue tout de même à lire je n’ai pas l’habitude de m’arrêter au début d’un livre.

Et j’ai bien fait car l’auteure arrive au fil des pages à nous faire apprécier ces héros qu’ils soient principaux ou secondaires et on sent que tout n’est pas dévoilé pour en garder pour les prochains tomes.

L’héroïne a du caractère, du vécu, du recul, elle est humaine, réaliste, et est épaulée par une meilleure amie comme on en rêve toutes, elle est là, tapie dans l’ombre prête à aider son amie contre le bad boy.

Colton quant à lui est riche, célèbre, tourmenté et collectionne les femmes, aucune ne lui résiste.

Entre ces deux là, une alchimie se crée et commence le jeu du je t’aime moi non plus, l’auteure intègre des  scènes de vie au foyer pour jeune, lieu de travail de Rylee et avec les enfants, du coup l’histoire ne se passe pas en 8 clos juste dans quelques lieux.

En résumé, le début est un peu tiré par les cheveux ce qui m’a donné envie d’arrêter  la lecture mais j’ai bien fait de persister car je me suis attachée aux personnages à  leur histoire. Une fin de dingue,  j’ai donc enchaîné sur le deuxième.

Retrouvez les chroniques des autres tomes en cliquant sur le lien :http://leslecturesdenini.blogspot.fr/2016/03/driven-saison-2-fueled.html Chronique Driven Saison 2           Chronique Driven Saison 3Couverture The Driven, tome 3 : Crashed Editions Hugo & Cie 2015

Couverture The Driven, tome 4 : Aced Editions Hugo & Cie (New Romance) 2016 Chronique Driven Saison 4        Chronique Driven saison 3.5 Couverture The Driven, tome 3.5 : Raced Editions Hugo & Cie 2016

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :