Interviews auteurs, Interviews chroniqueurs

Abby Soffer ou l’éternelle rêveuse

Férue de lecture depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne, il a fallu une rencontre improbable pour bousculer sa vie. De cette rencontre est née une très belle amitié, celle dont on sait que l’autre est l’épaule sur laquelle on peut toujours compter, celle qui se renforce à chaque épreuve. C’est au détour d’un événement inattendu qu’elle va réussir à mettre sur papier tous les mots qui submergent son esprit et se bousculent dans sa tête.

À 36 ans, elle aime la vie et croque son quotidien avec délice. Si elle devait se définir en quelques lettres, nul doute que passionnée arriverait en tête suivi de très près par fidèle. Mère de famille dévouée et aimante, elle gère également de front un travail et sa passion pour l’écriture, s’en délectant autant que ses lecteurs. Son envie de faire ressentir tous les panels d’émotions existants est l’un de ses objectifs prioritaires lorsqu’elle couche les mots sur le papier, afin que l’histoire y prenne tout son sens.

Éternelle rêveuse, elle veut ses écrits à la hauteur de son amour pour les livres et est déterminée à faire le bonheur de ses lecteurs. Le paradoxe de sa vie se résume en une question qui va probablement résonner dans de nombreux esprits : « comment vivre les pieds scellés à la réalité quand on a la tête dans les nuages ? »

Abby Soffer

Abby, bonjour.

Coucou JC

Avant de commencer ton interview, je me suis empressée de lire le tome 1 de Love In Dream, Connexion. J’aimerais recueillir tes premières impressions à chaud. Émue de savoir que ton écriture et ton histoire ont plu à l’effroyable Jc Staignier ?

Émue, aucun doute, mais surtout touchée que tu es pris le temps de me lire. Je t’avoue que je suis toujours étonnée que vous passiez un bon moment tout en me disant que tout le temps passé, les sacrifices et l’énergie déployée n’auront finalement pas été vains. Merci d’avoir pris le temps de me lire et j’avoue que connaissant ton goût exigeant et sûr je suis en plus un peu flattée.

La fin de ton roman m’a laissé sur ma faim. Es-tu un auteur tortueux et sadique ou une incroyable manipulatrice qui va m’obliger à desserrer les cordons de ma bourse pour te lire ?

(Rire) Une autrice sadique aucun doute ! Et le pire c’est que j’en suis fière !

Abby Soffer, Love In Dream, Connexion. Tu es de nationalité française ou anglaise ? Je t’avoue que promouvoir la littérature française en portant un nom bien anglais et donner des titres de roman anglophone, ça me semble louche.

Française pure souche (rire), si mon pseudo à des consonances anglo-saxonnes il faut voir cela avec mes lectrices qui se sont insurgées en masse quand j’ai suggéré d’en changer. Pour les titres en anglais… avoue que l’amour en rêve ça ne te fait pas vraiment rêver… et bien moi non plus d’où les titres anglais. Mon prochain roman satisfera les puritains. 😉  

Note de Jc : bien envoyé !

À la recherche de la moindre de tes imperfections, car c’est mon but après tout… je remarque que tu es parfaite. Polie et reconnaissante avec les chroniqueuses, une aide sincère pour tes amis et un excellent auteur qui récolte tous les lauriers. Rassure mon ego, tu ne peux pas être plus parfaite que moi ? J’ai loupé un ou deux défauts au passage ? 

Bon sang ! J’adore ! Tu fais du bien à mon ego ! Rassure-toi personne n’arrive à ta hauteur dans la perfection. Et tu fais erreur, j’ai une flopée de défauts, demande à ma moitié. Il supporte mon exigence, mes angoisses perpétuelles et mon insatisfaction perpétuelle depuis plus de dix-huit ans. Je me demande comment il fait !

Par contre, j’ai été élevée dans le respect du travail et de l’autre. Aussi je n’oublie jamais que les personnes qui prennent le temps de me lire n’étaient pas obligées de le faire. Je n’oublie pas non plus que sans mes lectrices, et les chroniqueuses, je ne serais pas grand-chose aussi je me fais un devoir de toujours être courtoise et de leur accorder autant d’attention que possible.

Love In Dream, ce roman représente-t-il seulement une passion de l’écriture, un morceau de ta vie ou un exutoire pour échapper à de douloureux souvenirs ?

Ta question demande réflexion, mais si je veux être vraiment honnête, la saga est les trois à la fois. Quand tu auras l’ensemble, tu comprendras.

J’ai lu que ta première qualité était ton franc-parler. N’as-tu pas l’impression dans ce monde littéraire où il faut sans cesse prendre des pincettes que ta qualité devient un défaut ?

Bon sang, c’est une évidence ! Je l’ai toujours su d’ailleurs, mais je suis incapable de ne pas être « vraie » alors tant pis si je me brûle les plumes au moins je reste moi-même.

Tu es aimée, adorée, adulée et je t’envie. Quels conseils me donnerais-tu afin que j’obtienne le même succès que toi ?

Mon Dieu ! Je ne suis rien de tout cela et franchement je n’ai pas la prétention de pouvoir donner le moindre conseil. La seule chose qui compte pour moi c’est que mes lectrices passent un bon moment, et que je prenne du plaisir dans ce que j’entreprends. Je me donne toujours à 200 % si bien que quand j’ai fini d’écrire Love in Dream, il m’a fallu près de six mois pour me lancer dans un nouveau projet. 

J’ai lu aussi que dans le métier d’auteur, ce que tu détestais le plus était de te vendre. Néanmoins, tous les auteurs interviewés passent par la case de l’instant pub. En quelques mots, tu dois donner l’envie aux lecteurs qui ne te connaissent pas encore d’acheter tous tes romans. 

Bon sang, je suis nulle pour ça ! Je vais te dire mot pour mot ce que je dis à mes amies facebookiennes quand elles m’interrogent sur ce que j’écris. Mon truc c’est la vie et ses multiples facettes !

Outre les mots ce que j’aime c’est le mélange des genres, ne pas rentrer dans une case. Mon créneau c’est la romance à suspense avec une pointe d’érotisme et un soupçon de paranormal le tout saupoudré de sentiments aussi sincères et honnêtes que possible.

C’est une recette qui me correspond puisqu’elle colle à ma personnalité.

Abby, d’après ce que j’ai lu de toi, de tes interviews, etc., ton succès est amplement mérité. Bonne continuation et merci d’avoir répondu à mon interview.

Non ! Merci à toi d’avoir fait un bout de voyage avec moi. Je suis heureuse d’avoir partagé cette parenthèse avec toi.

Pour retrouver la page d’Abby sur Amazon et acheter ses romans :

Screenshot.png

https://amzn.to/2RUuWSF

Pour retrouver sa page FB :

https://www.facebook.com/abbysoffer

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s