Catherine Roques ou vous avez un message

téléchargement (1)Catherine Roques est une énigmatique autodidacte de 37 ans qui éveille la curiosité. Demeurant actuellement dans un paisible hameau au cœur de la vallée du Rhône, sa plus grande école, oh combien formatrice, est celle de la vie… Dans ce premier roman, elle aborde avec enthousiasme ses nombreuses passions, dont la danse et la spiritualité. Elle nous révèle, à travers lui, ses profondes convictions et sa vision sur des thèmes universels.

Résumé de Messagerie Hors Ligne 

Embauchée en tant qu’aide à domicile par un vieux couple encore très amoureux désirant ardemment finir ses jours ensemble, Katia arrive dans un village du sud de la France. Cette atypique trentenaire, danseuse hors pair au caractère très affirmé, est loin de s’imaginer tout ce qu’elle va devoir dévoiler d’elle-même, afin de transmettre les messages qui lui sont confiés. Et vous, si vous n’aviez plus aucun moyen de communication, avec qui souhaiteriez-vous garder le contact ? Katia possède toutes les clefs d’une messagerie hors ligne…

Catherine, bonjour.

Ton premier roman Messagerie Hors Ligne a été publié aux éditions Maïa le 24 mars 2018. À l’heure des sorties littéraires où le couple jeune et avide de sexe est mis en évidence, comment t’es venue l’idée de l’histoire atypique de ce couple amoureux, mais âgé ?

‒ Ce vieux couple amoureux est d’abord un hommage aux parents d’une personne qui m’est particulièrement chère. Ils ont dix ans de moins en réalité que dans ma fiction mais leur amour est similaire. Après plus de quarante ans de mariage, ils se prennent la main en promenade, ont des surnoms mignons pour s’interpeller, des gestes affectueux constants et quotidiens l’un envers l’autre. Ils se sont trouvés et m’ont montré l’exemple de ce qu’était le véritable amour. C’est d’ailleurs là qu’est mon message, dans une société où on consomme le sexe juste pour en tirer un plaisir physique, on en oublie que c’est bien plus que ça, c’est un acte amoureux, une fusion de deux âmes qui peut donner le plus cadeau : la vie. Le sexe en lui-même  n’est pas le seul aspect pour définir un couple, c’est beaucoup plus profond quand deux âmes faites l’une pour l’autre se sont retrouvées. C’est la raison pour laquelle ils sont aussi âgés dans mon histoire, on ne les imagine pas forniquer, on les voit s’aimer sincèrement envers et contre tout pour la vie. Dans le roman, c’est d’ailleurs leur dernier souhait, ils veulent mourir ensemble, en même temps, c’est la seule chose qui les préoccupe, que leurs derniers souffles soient simultanés. Ils incarnent le rare mais le possible et mon plus grand rêve pas encore réalisé, retrouver l’autre.

Katia/Catherine ? Ces prénoms m’interpellent. Quels sont les points communs entre les deux ?

‒ Katia est sans aucun doute le personnage qui me ressemble le plus, à travers son histoire, qui est une fiction, j’ai raconté la mienne, qui n’en est pas une. Son tempérament franc, aussi altruiste qu’elle peut être enflammée me définit également. La danse fait partie de nos atouts communs, tout comme elle j’ai été danseuse professionnel durant une courte période de ma vie. Elle a aussi ce don en elle qu’elle cache par peur d’être encore rejetée, jusqu’au moment où la vie ne lui laissera plus d’autre choix que de l’assumer au grand jour. C’est ce qui m’arrive aujourd’hui avec la parution de cet ouvrage, je suis ses traces et assume désormais ma médiumnité au grand jour comme elle peut le faire dans ce roman. La seule différence est qu’elle les voit et les entends simultanément, pour ma part c’est soit l’un soit l’autre mais je n’ai encore jamais eu les deux en même temps et puis je n’ai jamais eu affaire à Mickaël Jackson ou Anne Frank non plus. Mais il n’y a pas qu’elle qui me ressemble, Lou-Anne est la petite fille que j’étais, un petit bout de chou loin d’être timide et qui n’a pas la langue dans sa poche. J’étais juste beaucoup plus garçon manqué qu’elle et je n’avais pas de zozotement.  Mélina par son histoire a dû grandir plus vite que la moyenne, c’est ce qui m’est arrivée environ au même âge pour des raisons moins dramatiques que les siennes. Quant à Martha, elle est la vieille femme que j’aimerais devenir, elle finit sa vie avec son bien-aimé, tout en ne gardant que le positif de la vie qui lui a été donné.

Tu présentes ton écrit comme ésotérique. Définition : Se dit d’un mode d’expression, d’une œuvre qui n’est compréhensible que des initiés ; hermétique, abstrus, abscons. Hou là ! Me voici dubitative devant tant de mots peu usités à notre époque. Penses-tu que ton roman peut être lu ou assimilé par n’importe quel lecteur ?

‒ C’est un roman accessible à tous, je l’ai écrit de cette manière et c’était volontaire de ma part. Aux éditions Maïa, il est classé dans la catégorie entre deux mondes mais quand on en parle, il faut bien lui donner une appellation littéraire, roman ésotérique est ce qui lui convient le mieux même si cela ne le définit pas exactement et que le mot fait un petit peu peur. J’en joue d’ailleurs de ce mot légèrement compliqué qui peut refroidir puisqu’en lisant mon ouvrage, il devient tout à coup très abordable et chaleureux. Chacun y trouvera un message qui lui est propre mais à des niveaux très différents. Les personnes ne possédant pas de conviction occulte y verront simplement une belle histoire et des personnages atypiques. Pour les personnes endeuillées par la perte d’un être cher, ils y verront une manière différente d’appréhender la chose et de surmonter leur deuil, un espoir de voir la mort différemment, de la rendre non pas moins douloureuse mais moins définitive et tragique. Quant aux initiés des mondes occultes, les messages sont beaucoup plus subtils et dissimulés dans le texte. Mais quel que soit son niveau de conscience le message principal est très clair : n’ayez pas peur d’être vous-même, acceptez tout ce que vous êtes, ne vous cachez plus par peur d’être rejeté car la vie vous mettra toujours sur votre route les personnes qui vous apprécieront sincèrement sans que ayez besoin de porter un masque.

Tu n’hésites jamais à payer de ta personne et à te mettre en scène dans des vidéos sur ta page FB. Es-tu un tantinet comédienne ?

‒ Je suis beaucoup trop entière et franche pour être bonne comédienne. Par contre, je suis une ancienne danseuse professionnel et je n’ai pas peur de m’exposer aux yeux du monde. Mes vidéos costumés sont un clin d’œil à ma vie passée sous les projecteurs mais aussi un bon moyen de promotion il faut le reconnaître. Il faut savoir que l’exercice est assez nouveau pour moi et qu’il est loin d’être évident à réaliser. J’étais beaucoup plus à l’aise sur une scène à danser devant un public. Sans doute parce que je n’attendais pas les réactions en coulisse après avoir effectué le travail, sur une scène elles étaient toujours immédiates.

Tu fais partie d’une maison d’édition. Elle doit prendre en charge ta publicité et, plus précisément, celle de ton roman. Que recherches-tu dans ta collaboration avec la voie de Calliopé ?

‒ Je suis la première auteur de la voie de Calliopé. J’ai rencontré Emma Freya via facebook et elle montait tout juste le concept. Après plusieurs échanges, je lui ai transmis mon manuscrit, qu’elle a corrigé et m’a suggéré d’apporter quelques modifications, ce que j’ai fait pour le plus grand bien de l’ouvrage. C’est elle qui a ensuite proposé mon manuscrit à trois maisons d’éditions bien ciblées par rapport à mon texte. J’ai d’abord reçu un refus mais très vite les éditions Maïa se sont avérées intéressées par ce projet. Une fois que j’ai reçu le contrat, Emma me l’a négocié pour que je puisse le signer dans les meilleures conditions. Une fois paru, c’est encore Emma qui me décrocha mon premier article d’une bloggeuse qui travaille en collaboration avec diverses maisons d’éditions. Sans elle, je n’en serai pas là où j’en suis aujourd’hui. Que me reste-t-il à demander à la voie de Calliopé après un tel parcours littéraire et humain ? Je dirai de continuer cette formidable aventure en assurant de concert sa promotion avec ma maison d’éditions. Ce roman est né, comme vous l’avez précisé, le 24 Mars 2018, il est encore un peu jeune pour être livré à lui-même. Il a besoin de son auteur, de lecteurs et de parrains, marraines qui le feront connaître. Il ne porte aucun masque et ne demande qu’à grandir aux yeux de tous.

Quels sont tes projets dans le monde de l’édition. Un deuxième roman de prévu ?

‒ Mes lecteurs seront ravis d’apprendre que la suite est en cours d’écriture. Ce deuxième roman traitera essentiellement des peurs liés à l’occulte et des charlatans passés professionnels dans ce domaine. Je n’en suis encore qu’au début de sa rédaction et mes personnages n’ont pas encore décidé des tournures que prendront leurs destins. Beaucoup de travail et de recherches m’attendent encore pour en dire plus mais il apportera d’autres clefs sur ces sujets bien vastes…

Voici ton instant pub, celui où je te demande de te mettre en scène. Tu as quelques minutes pour donner l’envie au lecteur de découvrir ton roman.

‒ J’adore le jeu de mot, une jolie entrée en matière par la formulation de cette question. Je ne peux répondre que ceci : le reste de l’interview et mes réponses aux questions ont déjà dû vous donner l’envie de vous le procurer et de le lire. J’aime le principe que c’est le livre qui vous choisit, que c’est lui qui vous appelle. Mes plus belles émotions littéraires ont été celles où c’est l’ouvrage qui me réclamait sa lecture. Le mien est aussi généreux et sincère que je peux l’être alors je lui souhaite de réussir à appeler à lui le plus grand nombre. Si vous êtes attiré par lui, ne le rejetez pas car il a des réponses à vous donner.

Catherine, merci pour les réponses à cette interview. J’invite les lecteurs à se connecter sur leur messagerie et à communiquer avec toi.

Pour acheter messagerie Hors ligne, c’est ici

Page FB de Catherine, c’est ici

Page Twitter :

 

 

 

 

Un commentaire sur “Catherine Roques ou vous avez un message

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :