New Romance ou Old Romance ? Chapitre 7

Chapitre 7 : versions New Romance/Old Romance

 

Résultat de recherche d'images pour "photo comique de couple"

Je repose mon crayon et je m’agite sur ma chaise de bureau. J’ai chaud. Ma température corporelle vient de grimper à 40°. Au bout du fil, enfin du smartphone, Thaïs s’inquiète.

— Isa, tu es toujours là ?

— Oui, oui, je bredouille, en tentant de reprendre mes esprits.

Je tiens ma première scène de sexe. Je remercie mon amie du fond du cœur et je lui promets une boîte de chocolats. Quelle facilité d’acheter Thaïs !

Chères lectrices, voici venu le moment de vous présenter quelques paragraphes des deux romans qui sortiront en parallèle.

Titre de la version New Romance : Le plaisir de mes nuits torrides.

Titre de la version Old Romance :  Stupeur et ronflements.

En général, ne dit-on pas que l’on garde le meilleur pour la fin ? Dans ce cas précis, nous allons commencer par le meilleur, la scène de sexe écrite par Thaïs, scène originale titrée.

Version New Romance de Thaïs : le réveil du fauve.

Je dors profondément lorsqu’une sensation de chaleur s’immisce entre mes jambes au point de me réveiller, le cœur palpitant. Je gémis incapable de me retenir et m’étire dans un mouvement lent, le drap glissant sur ma peau devenue extrêmement sensible. Je souris en reconnaissant l’odeur musquée d’un after-shave que j’ai moi-même offert. Les paupières closes, je laisse les sensations m’envahir, à mesure que ses doigts remontent sur mes jambes. J’ouvre mes cuisses avec douceur mais fermeté. Je me mords la lèvre me cambrant instantanément d’un plaisir anticipé. La mâchoire d’Euloge couverte d’une barbe de quelques jours me chatouille l’épiderme au point qu’un nouveau gémissement s’échappe de mes lèvres. J’agrippe mon oreiller derrière ma tête, pour m’empêcher de saisir ses cheveux que j’imagine déjà décoiffés. Sa langue laisse une traînée humide derrière elle, avant de trouver le point ultime qui me fait défaillir. Il ne perd pas de temps et me lèche, me lape, me suce au point que mes cris se fassent incontrôlables. Instinctivement, mes genoux tentent de se rapprocher mais ses épaules musclées ne permettent pas d’y arriver. Il me connaît par cœur, il sait exactement comment me faire lâcher prise et c’est ce qui arrive lorsque sa bouche se fait insistante, me dévorant sans répit. Tous mes muscles se contractent, et lorsque ses doigts experts entrent dans mon intimité, je perds le sens des réalités pour jouir en hurlant.

Thaïs L

Version Old Romance d’Isa : Mais où sont passées ses chaussettes ?

Je ronfle profondément lorsqu’une sensation désagréable s’insinue entre mes cuisses et mon cœur défaille. Je râle, incapable de me retenir, et tire la couette vers moi. Non, Guillaume, tu ne me la prendras pas ! Je soupire en reconnaissant l’odeur de l’après-rasage au patchouli offert à chéri par belle-maman. Je la hais, elle sait que je déteste ce parfum. Les doigts de Guillaume descendent sur mes jambes dans un crissement horrible (oh, mon Dieu ! J’ai oublié de m’épiler). Je me mords la lèvre et me révolte d’un déplaisir anticipé. Sa barbe de deux jours me râpe le mollet au point qu’un nouveau cri de protestation s’échappe de ma bouche. J’agrippe l’oreiller posé derrière ma tête et je me le promets : s’il continue, je l’étouffe avec.

— Guillaume, qu’est-ce que tu fais ?

— Pardi, je cherche mes chaussettes !

Il me connaît par cœur, il se doute que je les lui ai piquées pendant la nuit pour réchauffer mes pieds gelés. Tous mes muscles se contractent et lorsque ses doigts impatients font glisser les chaussettes Garfield de mes pieds, je perds le sens des réalités, je proteste et je hurle.

Jc Staignier

Et voilà, tu tiens ton canevas. Tu sais à présent que tes chapitres vont défiler à une allure impressionnante. Tu réfléchis à la manière de les insérer dans tes deux romans.

La scène de sexe dans la New Romance, tu l’inclus dès la troisième page. La lectrice doit comprendre où tu veux en venir.

La scène de sexe dans l’Old Romance tu l’inclus dans les dix dernières pages. La lectrice ne saura jamais avant la fin où tu voulais en venir.

Dans la romance adulte, tu peux te permettre des termes crus : bite, couilles, nichons, chatte. Dans l’Old Romance, tu te montreras plus poétique.

Exemple New Romance :

La bite de mon amant pilonna sans relâche ma petite chatte.

Exemple Old Romance :

Le membre majestueux de l’homme de mes rêves se frotta contre mon mont de Vénus, il exhalait le goût sucré du miel et l’odeur d’une fleur de printemps.

Cependant, une troisième catégorie d’auteurs se montre plus sadique et te laisse sur ta faim.

Ils entrèrent dans la chambre et la porte se referma…

Tu ne sauras jamais où l’auteur voulait en venir.

Mes doigts courent sur le clavier et les mots remplissent les deux pages de mes romans.

Version New Romance : Nuit magique.

Les draps de satin gisent sur le sol. Euloge se tourne vers moi et dépose un paquet sur le lit. Je l’ouvre et les larmes pointent à mes yeux. Un collier de diamants ! Tu protestes (pour la forme) et tu l’embrasses de façon fougueuse.

— Elina, rien n’est trop beau pour toi.

Je suis heureuse et je m’endors dans ses bras. Je rêve de lui.

Version Old Romance : Nuit tragique.

Les draps de coton chiffonnés gisent sur le sol. Guillaume pivote vers moi et dépose un papier sur le lit, la liste des courses du lendemain. Tu protestes (par habitude) et tu lui tires la langue.

— Chérie, je craignais que tu oublies.

Je suis malheureuse et je lui tourne le dos. J’attrape mon roman Alys et Tyron : Si tout était possible de mon amie Thaïs et je lis un énième chapitre. Je rêve à Tyron.

 

Version New Romance : Je t’ai dans la peau.

Main dans la main, nous nous promenons dans la forêt. Le chant des oiseaux perturbe à peine le silence réconfortant de cette nature éveillée.

Je remarque la lueur animale qui brille dans les yeux d’Euloge. Je suis à la fois effrayée et excitée par ce regard. Je m’adosse contre le tronc d’un chêne. Mon amant retrousse ma jupe et m’arrache d’un coup sec ma petite culotte Aubade. Je m’en fous, je sais que demain, il m’en achètera dix autres. Il baisse son pantalon, remonte mon chemisier pour malaxer mes seins et me pénètre d’un coup vif. Ma chute de reins frotte contre l’arbre. C’est si bon que j’en pleure.

Ivre de bonheur, je cours afin de rentrer chez nous.

Version Old Romance : J’ai des échardes dans la peau.

L’un derrière l’autre, nous nous promenons dans la forêt avec prudence, pour ne pas tomber sur un nid de tiques, de guêpes ou sur une crotte de chien. Le bruit des voitures, car la grand-route se trouve non loin, trouble le silence réconfortant de la nature. Je remarque la lueur animale qui brille dans les yeux de Guillaume et j’en suis à la fois effrayée et excitée. Enfin, mon ours sort de son hibernation. Je m’adosse contre le tronc d’un arbre. Mon mari retrousse ma jupe et tente de m’arracher ma culotte. Merde ! Ma gaine amincissante, j’ai oublié de l’enlever… Après une demi-heure d’effort, elle gît  sur le sol. Guillaume baisse son pantalon, remonte mon chemisier pour malaxer mes seins et me pénètre d’un coup vif.

Ma chute de reins frotte contre l’arbre. Ouille ! Purée, ça fait mal ! J’en pleure de douleur. Je me traîne pour me rendre aux urgences.

— Comment avez-vous fait pour vous coincer autant d’échardes dans le dos ? me demande le médecin.

— Une attaque de tiques, elles œuvraient en bande ! Je me suis grattée au dos d’un chêne.

Je ne sais toujours pas s’il a cru à mon histoire…

à suivre…

Jc

Je tenais à remercier du fond du cœur mon amie Thaïs L auteur pour sa précieuse collaboration. Auteur de romances érotiques pour adultes, elle a répondu à mon appel avec enthousiasme. Elle comprend l’autodérision des chapitres de New Romance/Old Romance et en participant à cette histoire, elle montre que oui, n’en déplaise aux détracteurs de romances érotiques, elle aborde le sujet avec beaucoup d’humour.

Voici venu le moment de retrouver le roman de Thaïs :

Alys et Tyron: Si tout était possible

 

Publicités

6 commentaires

  1. Pourquoi n’existe-t-il pas des boutons (émoti-truc-chouette) en forme de « j’adore et je fais pipi sur moi » ? Purée ! je suis pliée et je te déteste d’avoir autant de talent. N’arrête jamais, sinon, je te retrouve et je te tue ! Bisous Isa. C’est fabuleux.

    Aimé par 2 personnes

  2. Tellement bon… tellement vrai… tellement drôle ! Une fois de plus, je suis d’accord avec Romane Rose, il manque des boutons / smileys pour communiquer l’émotion à chaque passage. Mon copain va être jaloux, je ris plus souvent devant mon ordinateur qu’à ses « blagues ». Bravo, continue ainsi. 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s