Interviews chroniqueurs

Le Sexy Con Fabulateur ou sexy boy vous fait frémir

Aucun texte alternatif disponible.

Le cœur palpitant et les jambes tremblantes,  je vous présente l’interview du meilleur chroniqueur de la planète.

Mesdames et messieurs (surtout les dames), accrochez-vous ! Au fur et à mesure de votre lecture, vous découvrirez la raison de ce vertige émotionnel.

Aujourd’hui l’incroyable, le génialissime Euloge Ngouma du blog Le Sexy Con Fabulateur, ex Book Addict, Tv Shows Devourer, a accepté de répondre à mes questions. Si vous ne le connaissez pas (peut-être vivez-vous sur une autre planète que celle de FB), laissez-moi vous présenter ce gros morceau, ce membre imminent de la blogosphère littéraire.

Chauffer Euloge ne fut pas chose aisée. Un nombre incalculable de femmes attendaient de recevoir ses faveurs. Grâce à ma persévérance et à mon âge avancé (j’ai joué sur le fait que je pouvais passer de vie à trépas d’un moment à l’autre), j’ai réussi à dîner avec lui.

Ce dîner n’a pas abouti sur une demande en mariage, mais au moins, ai-je réussi à lui soutirer la promesse de répondre à mon interview.

Inutile de vous préciser que son esprit et sa verve m’ont séduite dès les premiers instants (et non comme certaines rumeurs le prétendent, son côté sexy).

Ce monsieur se présente comme un homme du sommet du crâne au bout des orteils, et les éléments intermédiaires sont, paraît-il, tout aussi virils. Le petit plus : il  apprécie les femmes et tente de les comprendre. Euloge aime toutes les femmes : les blondes à forte poitrine, les rousses éloquentes, les vieilles bien nanties, toutes.

Ne nous attardons plus sur le côté charismatique du bonhomme, je pourrais m’étendre pendant des heures sur le sujet (je pourrais d’ailleurs m’étendre pendant des heures sur Euloge aussi, néanmoins nous rentrons dans le domaine privé et cela ne vous regarde pas).

Venons-en à l’essentiel : le chroniqueur.

Auteurs méconnus, vous voulez être reconnus? Pensez à envoyer vos SP à Euloge. Rebecca Greenberg l’a fait avec son fil d’argent et depuis c’est devenu son filon d’or. Euloge, il prend le temps de disséquer votre bébé (on le surnomme d’ailleurs : « le boucher ». Il ne poste pas la chronique de votre roman, il le récrit avec ses mots. Demandez à Magali Lafont, ce n’est pas elle qui me contredira, hein Magali, c’est long ?😴😴😴😴
C’est long, mais c’est bon !

Voici ce que vous attendez toutes mesdames et messieurs, l’interview de sexy boy.

 

En quelques mots, qui se cache derrière Book Addict, TV Shows devourer. 

Un mec terriblement sexy, ce n’est pas un scoop.

Je dirais que ton nom fait frémir, trembler certains auteurs. Peux-tu l’expliquer ?

Pourquoi mon nom fait frémir les zoteurs ? Ça, il faudrait demander aux concernés. Certainement parce que je souffre d’une franchise à vous extirper les boyaux. De manière générale, ces quidams se délectent de tout ce qui émoustille leur ego   qui, pour la plupart, donnerait du fil à retordre au meilleur des instrumentistes et au pire des plombiers. Des dithyrambes panégyrique, voilà ce qu’ils attendent, honnêtes ou crapuleux, rien à cirer tant que ça les cajole dans le sens du pelage. Et moi dans tout cela ? Ben, moi je dis ce que je pense, sans circonlocutions. Y a de quoi leur foutre les roupettes en pétard.

Pour éviter certains « désagréments » aux auteurs , quel genre de romans est-il inutile de t’envoyer ?

Ne pas m’envoyer votre bouquin si vous souffrez de claustrophobie, avec mes retours, parfois on se sent à l’étroit ; si l’esbroufe ou la pleurniche  régissent votre existence ; si vous écrivez comme Musso, Levy et compagnie, ça me donne la chiasse ; si vous aspirez à défoncer des portes ouvertes comme tonton Gougoune ou Coelho.

Tu possèdes un style assez particulier et virulent pour le compte-rendu de tes chroniques. En cas de chronique négative, es-tu conscient que tu peux peiner l’auteur ?

Je ne pense pas à cela lorsque j’écris. Comme je ne cesse de le répéter, mon sens critique fait partie intégrante de ma personnalité, ma fougue aussi. Quitte à faire les choses, autant y aller à donf. Mais contrairement à ce qu’en dit l’aphorisme commun, je ne force rien. Et je ne suis même pas fou en plus. Enfin, pas complètement. J’ai consulté un psy, mais au bout de la deuxième séance, il a eu besoin d’un psy, le pauvre.

Si mon style dénote une grande aptitude à choquer ? Oui, certainement. Si j’en ai conscience ? Pleinement. Le fait est que je n’y peux pas grand chose. Dissocier un auteur, quel qu’il soit, de son style revient à le dépouiller de son âme. Et mon âme, j’y tiens. Car si je ne manque pas d’r, elle devient une arme.

Quels sont tes partenariats en cours avec les ME et les auteurs ?

Avec les auteurs, plus moyen de comptabiliser. Le guichet est d’ailleurs fermé définitivement sauf exception. En ME, j’ai Albin Michel, Hachette, Belfond, Hélène Jacob et plein d’autres avec qui je dois d’ailleurs rompre. Quelle inconscience que d’accepter tout cela, vie d’mammaire !

Quel est ton délai approximatif pour lire un roman et rendre une chronique ?

Je peux lire un roman en 2 heures tout comme je peux le faire en 1 semaine ou plus. Cela dépend de l’intérêt que le bousin suscite en moi et – très important – du nombre de zéros que l’auteur accouche sur le chèque. Après, pour la chronique, je suis relax. Je ne me fixe jamais un délai pour l’écrire. Tant que les émotions – si émotions, il y a –  que le machin m’a fait ressentir ne sont pas retranscrites concrètement, je ne publie rien. Et encore, je dois faire une inspection de surface puis aller chercher la petite bête. Toujours.

Que Penses-tu que ton blog, ta page ou ta personnalité possède de plus par rapport à autre blog pour qu’un auteur se dise : c’est lui, c’est le blogueur qui me convient !

Je ne fais pas dans la propagande, ni dans la concurrence. Et, honnêtement, je n’ai jamais été dans l’esprit de convenir à ceci ou cela. Surtout pas aux auteurs. Mon blog représente un miroir de ma personnalité. Et ça, c’est tout ce que j’ai à offrir. Mais si je devais souligner un truc que les autres n’ont certainement pas, ce serait mon legendaire sex-appeal, évidemment.

Tu es blogueur, mais as-tu d’autres talents ? J’entends au niveau littéraire…

T’étais pas obligé de préciser « au niveau littéraire ». Je ne comptais pas te parler de mes performances exceptionnelles au lit. Je pense te montrer plutôt.

À en croire le nombre d’incohérences, de tournures alambiquées, de défauts stylistiques et d’autres trucmuches que je note à chaque lecture, je pense que la bêta-lecture ou la correction m’iraient pas mal. Je prends presque autant de plaisir à les dénicher qu’à doigter des trucs. Je le fais peut-être déjà en cachette, qui sait !

Jc : Je rebondis sur l’offre. Quand vas-tu me montrer? Je te rappelle que je viens de fêter  mes cinquante ans. Autant utiliser la machine tant que toutes les pièces sont encore agréées.

Tes derniers coups de cœur dans les sorties littéraires ?

Le cri sauvage de l’âme de Frédéric Soulier, Le fil d’argent de Rebecca Greenberg et Émulsion de Vanaly Nomain.

Laisses-tu de façon systématique tes avis sur une plate-forme de lecture ?

Oui, sur Babelio, Livraddict et plus si affinités. 

Les femmes l’ont compris, tu les adores. Est-ce qu’elles te le rendent bien ?

Évidemment. Je les rends folles comme je l’ai fait avec toi. Irrésistible, je suis.

Note de Jc : Arghh, je pensais qu’il n’avait pas deviné les sentiments fous que je lui portais. 

Vous devez le savoir, les femmes se battent pour obtenir les faveurs d’Euloge !

Résultat de recherche d'images pour "gift femmes qui crie"

Cette question que tu poses aux auteurs : le lait avant ou après les céréales? Euloge, si je te dis qu’un mec qui déjeune avec des céréales, ce n’est vraiment pas sexy, mais que ça donne l’image d’un gamin attardé, tu me réponds quoi ?

Que je m’en astique le bambou.

Note pour Jc : comme je suis Belge, demander aux auteurs, les frites avec ou sans mayonnaise? Pas plus con comme question que le lait avant ou après les céréales.

Une petite confidence du sexy boy de la blogosphère. Euloge est-il un cœur à prendre ?

Faut voir. Ne sait-on jamais.

Euloge, tu t’es accordé une pause, certes bien méritée, sur ton blog. Ma curiosité me pousse à te demander comment un jeune homme aussi prolifique sur la toile a pu disparaître un si long laps de temps de notre planète littéraire ?

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le jeune homme a parfois besoin de prendre du temps pour ses coinces, s’occuper de ses burnes, polir Eduardo, le nourrir etc… Il n’est donc pas exclu qu’il s’éloigne de nouveau de la folie des réseaux trop chauds.

Ne crains-tu pas, après absence aussi longue, d’être tombé dans l’oubli et d’avoir provoqué un désintérêt de tes abonnés ?

Sexy boy est unique, inoubliable, irrésistible, irremplaçable. J’eus pu partir dix ans que mes abonnés m’auraient quand même attendu et accueilli avec la même fougue des premiers jours. Je ne crains rien. Les miens me sont fidèles et dévoués. Tiens, on m’a récemment argué que c’est juste parce que j’ai « la cote ». Ballot, n’est-ce pas ? Du fait que cette « cote » ne tient certainement pas du néant. Moi, ce que j’en dis, c’est que j’ai envie de bouffer des côtes de porc.

Book Addict, TV Shows Devourer devient Le Sexy Con Fabulateur (l’antre du connard). Quelle mouche t’a piquée pour choisir ce nouveau nom ?

Je suis Sexy et confabulateur. Mais parfois, con et fabulateur aussi. Ça tombe sous le sens.

Ce nouveau blog est-il le signe d’un nouveau départ dans la vie ?

Tu ne crois pas si bien dire. It’s a new dawn, it’s a new day, it’s a new liiiife…

Pour celles qui ne comprennent pas un mot d’anglais comme moi, le traducteur me dit :

C’est une nouvelle aube, c’est un nouveau jour, c’est une nouvelle vie. . .

Dans tes relations, tu comptes des auteurs, des amis et des amis auteurs. Es-tu plus sucré dans tes chroniques pour tes amis auteurs que pour les autres ? En clair, l’amitié pourrait-elle t’aveugler au point de louanger mon roman s’il se révélait le navet du siècle?

Alors, là, noon ! T’as beau être le meilleur client d’Eduardo, je te ferais quand même bouffer tes dents s’il le fallait. Il y a plein d’auteurs qui m’approchent et jouent les potes dans l’espoir que Sexy boy leur lèche la moule dans une chronique ardente. La prétendue poterie se ternit d’ailleurs aussitôt le retour fait. Ceux-là, je les repère à des kilomètres et leur fourre bien profond mon gourdin. Les affinités n’ont jamais été assez fortes pour brouiller mon sens critique.

Un dernier mot pour nos lecteurs et nos auteurs ?

Môsieurs les lecteurs, lisez ! La lecture, il n’y a que ça de vrai. Et n’hésitez pas à donner votre avis en toute sincérité.

Môsieurs les auteurs, écrivez ! Si vous pensez être des génies incompris avant même de publier vos bouquins, conservez-les enfouis dans vos caleçons. Si jamais l’envie vous prend de les publier, réalisez bien que cela signifie vous confronter à des gens comme moi. Vous les avez publiés ? Assumez ! Je ne suis jamais trop loin.

Vous voulez un échantillon de la verve de notre cher blogueur ? En voici un :

Aucun texte alternatif disponible.

Pour retrouver Euloge sur sa page FB :

https://www.facebook.com/eulogengoumaoff/

Pour retrouver Euloge sur son blog :

https://lesexyconfabulateur.com/

 

 

 

 

 

Publicités

9 réflexions au sujet de “Le Sexy Con Fabulateur ou sexy boy vous fait frémir”

      1. Oups 🤣 désolée mais ses lumières nous grillent les neurones qu’on oublie l’essentiel. Mea Culpa Jc ! Pas besoin de te dire que sans tes questions pertinentes, il n’aurait pu briller de cette manière 🤣

        Aimé par 1 personne

  1. Merci!! Chouette interview… Je m etonne encore de la façon dont Euloge a encensé mon livre… Selon moi, c est juste un miracle inexplicable ! Et j’avoue avoir vraiment flippé en attendant son retour.😨😨 Il fait assurément beaucoup de courage pour lui confier son manuscrit… Mais Euloge est une personne honnête et absolument passionnée. Ce qu il écrit dans une chronique, c est ce qui sort du cœur sans aucun artifice ( bon, avec juste quelques embellissements de langage parfois, il est vrai…^^)
    Merci Euloge pour cette verve si particulière et pour la façon dont tu défends les livres qui t’ont plu et ému.💖

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, Rebecca. Sa chronique sur ton roman m’a d’ailleurs emportée. Je t’avoue que « Le fil d’argent » fera sans conteste partie de ma bibliothèque. Je l’ai noté sur ma liste d’achat. Je ne crois pas qu’Euloge encense les miracles, seulement le talent.
      Bisous.

      Aimé par 1 personne

  2. Merci JC, pour cette interview qui m’a éclairée sur la personnalité de cet Euloge… Bon, je t’avoue que je ne suis pas totalement emballée par ce gars, sexy ou pas. Trop de fiel dans les paroles, trop de condescendance, même si certaines de ses tirades se situent au second ou troisième degré… Je ne doute pas une seule seconde que des tas d’auteurs doivent lui lécher le cul en espérant obtenir de sa part une chronique positive sur leur roman, même s’il les traite d’écrivaillons et les descend plus bas que terre. Ce pouvoir doit lui plaire… tant mieux pour lui. Il a trouvé un moyen d’exister, de faire parler de lui… Finalement, son besoin de reconnaissance n’est pas si éloigné de celui des auteurs auto-édités qu’il semble globalement mépriser.
    Toutefois, comme je suis objective et que j’ai pris la peine de lire certaines de ses rubriques, je dois reconnaître qu’il maîtrise parfaitement la langue française et n’est pas dénué d’intelligence ( s’il est réellement sexy, en plus de ça…mon imagination tend à s’emballer malgré moi…).
    Bref, à quand le roman de l’année, signé de cet homme aussi dérangeant que brillant?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, Béatrice.
      Ah, ah! Je sens que tu vas lui plaire à Euloge. Le terme « condescendance » est un mot qu’il savoure, je crois…
      Pour le roman de l’année, si Euloge passe par ici, j’espère qu’il répondra à ta question.
      Par certains côtés, oui, il peut sembler dérangeant, mais une confidence (juste entre nous) : c’est un amour ! Le premier au rendez-vous pour aider les écrivaillons dans mon genre. Mais chut! Ne brisons pas le mythe.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s