Les amis des auteurs

Le pouvoir du bêta-lecteur

Screenshot (7)

À l’heure actuelle, la plupart des auteurs n’envoient plus leurs textes avant de l’avoir soumis à leurs bêta-lecteurs.

Qu’est-ce qu’un bêta-lecteur et quelle importance tient-il dans le parcours d’un auteur ?

La bêta-lecteur détecte les coquilles, que ce soit sur la forme comme sur le fond. Il pose une lecture attentive et traque la moindre invraisemblance dans un texte.

Un bêta-lecteur apporte un regard extérieur et aussi objectif que possible sur l’écrit de l’auteur. Son avis est bienveillant et argumenté, mais il reste personnel. Il ne doit en aucun cas changer la trame principale du texte de l’auteur. Ce n’est pas son rôle et l’auteur ne lui demande pas autant d’investissement.

Le rôle du bêta-lecteur doit se définir dès le départ, car beaucoup d’auteurs confondent bêta-lecteurs avec correcteurs. À l’opposé, d’autres se proposent comme bêta-lecteurs, mais confondent le rôle avec celui du lecteur.

Si tu proposes ton texte en bêta-lecture et qu’il te revient avec la mention : très bien, parfait, j’ai adoré ! Ton ego se satisfait de cette réponse, mais ta conscience perçoit que cette critique élogieuse de ton roman n’apporte rien de concret sur ton histoire.

Qui peut se vanter de détenir la perfection ?

De son côté le bêta-lecteur doit donner son véritable ressenti, ses émotions ou son manque d’émotion… Il arrive que pour ne pas vexer un copain ou une copine, il n’ose pas le dire. Tes amis bêta-lecteurs te disent : parfait ! Tu vas déchirer.

Et puis arrive dans ses petits souliers le dernier bêta-lecteur qui assène contre toute attente : hou là ! Il faut revoir une bonne partie de ton texte.

Ça retourne ton petit cœur. Tu ne veux pas y croire et tu maudis ce bête bêta. Tu ne l’écoutes pas. Une voix contre cinq, la majorité l’emporte !

Résultat probable ? Tu obtiens tes toutes premières notes 5/5 sur les sites de lecture. Tes amis fidèles te notent le maximum. Puis arrive le stupide lecteur qui te colle un 1/5. Tu te rends compte qu’il te reproche les remarques de ton dernier bêta. Celui que tu n’as pas écouté. Peut-être commences-tu à te rendre compte que tu as fait preuve d’un entêtement déplacé…

Bien choisir son bêta-lecteur semble primordial. La confiance doit régner entre les deux. S’il subsiste un seul sentiment de malaise, autant ne pas continuer la collaboration.

Ainsi, après une dizaine d’aide de ma part à la bêta-lecture, j’ai dû arrêter la collaboration pour la moitié d’entre elles. Le courant ne passait pas. Tu te rends compte que l’auteur est fier et susceptible. « Touche pas à mon bébé ! »

Je ne mets ni les torts du côté de l’auteur ni du mien. L’alchimie n’a pas pris entre nous. Point final.

Je travaille sur mes romans en compagnie de plusieurs bêta-lectrices. Les rigolotes, les pointilleuses, les « tu vas te prendre un coup de latte sur les doigts ».

Pour ma part, tout se passe bien avec elles. Je prends toutes remarques en considération et je pèse le pour et le contre du bien-fondé de l’annotation.

Si elle me demande de changer mon grand blond en petit brun, inutile de dire que je ne suis pas sa remarque.

Si elle précise que si je n’ajoute pas une scène, mon héroïne sort nue dans la rue, je vais modifier cette scène.

Il semble impossible de prendre toutes les remarques en considération. Ainsi selon les différentes bêta-lectrices, le texte comportait trop de scènes érotiques ou pas assez. Le personnage un tel devait plus être développé dans le texte. La bêta suivante te dit : pourquoi le développes-tu autant alors qu’on le rencontre si peu… Euh… tu fais ton roman à la carte pour satisfaire tout le monde ?

Nous pourrions nous étendre des heures sur le vaste sujet de la bêta-lecture.

Je donnerais un dernier conseil. Si tu écris des romances historiques, choisis un bêta-lecteur calé dans le domaine. Il sera plus apte à te conseiller sur les anachronismes.

Pour les auteurs intéressés, voici le lien d’une page FB ou vous trouverez des bêtas-lecteurs motivés :

https://www.facebook.com/groups/1688845881392965/

Le mot de la fin sera pour mes bêtas.

Certaines accaparées par d’autres projets ne le sont plus, mais elles gardent toujours une place particulière dans mon cœur.

Julie-Anne, Rose, Garance, Loraline, Irène, Gaëlle, Geneviève, Elena et Romane,

54687.gifJc

 

Publicités

6 réflexions au sujet de “Le pouvoir du bêta-lecteur”

  1. Tu ne vas peut-être me croire, mais je ne ressens pas cette susceptibilité. Je prends toutes les remarques en considération. Ce qui n’est pas une qualité pour cela, car lorsque je fais les bêtas pour les autres, j’oublie qu’ils peuvent en ressentir et parfois je blesse les personnes au lieu de les aider.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour à toutes et à tous
    Pour avoir fait un peu de bêta-lecture, je peux vous dire que cet article dit vrai.
    Je suis tomé par hasard dans la béta, à la demande d’un éditeur.
    Depuis UNE seule résite à mes lecture.
    J’avoue ! je suis un enfoiré. Mais si je suis comme cela c’est pour le livre et non l’auteur(e).
    L’ours mal léché vous bise tout plein :-*

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s