New Romance ou Old Romance ?

New Romance ou Old Romance, chapitre 12

Résultat de recherche d'images pour "cher alcool nous avions un accord"

 Chapitre 12 : L’alcool ou le moment de vérité

Cent trente-deux tablettes de chocolat et douze kilos de plus dans les hanches, vingt paquets de cigarettes et un teint livide plus tard, j’attends toujours la réponse d’un éditeur. Trois mois d’angoisse, de remises en question, de déprime.

Enfin, je reçois deux réponses. Une grande maison d’édition ! Mes doigts tremblent à l’idée d’ouvrir les mails. Oui : LES. Un pour ma New Romance, un pour ma Old Romance.

New Romance :

Nous sommes au regret de vous annoncer que nous ne retenons pas votre roman pour une future publication. En effet, ce style érotique n’entre pas dans notre catalogue.

Je pousse un ouf de soulagement. Je le savais, les ME saturent des romances érotiques. Confiante, j’ouvre le deuxième mail.

Old Romance :

Nous sommes au regret de vous annoncer que nous ne retenons pas votre roman pour une future publication. En effet, ce style manque d’érotisme et n’entre pas dans notre catalogue.

Hein ? Mais tu te fous de moi, toi !

Un PS attire mon attention. Cet éditeur ne manque pas de générosité et me propose des partenaires pour publier mon roman en autoédition. Je crois même comprendre que si j’en vends un certain nombre, il pourrait envisager une collaboration entre nous. Là, ça coince. Si mon livre lui déplaît à 0 exemplaire vendu, pourquoi lui plairait-il à 3000 exemplaires vendus ?

Comme toute femme digne de ce nom, je pleure. Mes larmes coulent sur le clavier et j’en profite pour nettoyer les touches souillées de chocolat.

Les mails pleuvent, tous négatifs.

Madame, veuillez lire les conditions des soumissions pour les envois. Nous ne publions que des thrillers. Vos deux romans, « un amour d’Euloge » et « Guillaume, mon homme », n’entrent pas dans cette catégorie. Le temps est précieux, préservez le vôtre et le nôtre, par la même occasion.

Salaud !

Dans ma New Romance, Euloge et Elina ne se marient qu’à la dernière page. Les rebondissements sont nombreux. Mes personnages changent de partenaires tous les chapitres et j’ai brouillé les pistes afin que le lecteur ne devine pas qui couche avec qui ! Dans ma Old Romance, je tire la gueule à Guillaume pendant 312 pages et je ne rejoins la chambre qu’à la 313e. Et cet éditeur ose me dire que mes romans manquent de suspense ?

Nouveaux pleurs. Guillaume me trouve en larmes dans notre lit.

— Je ne suis bonne à rien ! Je suis nulle ! Personne ne m’aime !

— Moi, je t’aime.

— Ça me fait une belle jambe ! Tu n’es pas éditeur d’après ce que je sais ?

Je traîne dans la maison en pyjama et en pantoufles et je râle comme seule une femme peut le faire.

Guillaume me rappelle que cet après-midi, nous nous rendons au baptême de Suzon, la fille de tante Marguerite. Je déteste tante Marguerite. Grande lectrice de Balzac et de Proust, elle se gausse des auteurs de romans érotiques. Elle a publié un livre : La prose de la bécasse de la romance, une œuvre satyrique du monde littéraire du genre. Tante Marguerite n’en a vendu que dix exemplaires (à la famille), mais elle pense que son manque de notoriété tient à l’ignorance du lecteur. Elle m’en a d’ailleurs offert un exemplaire à Noël 2012 ; il m’est revenu par ma cousine à Noël 2017. Il a voyagé cinq ans avant de rentrer au bercail. Je l’ai rebaptisé : La prose du pigeon voyageur. Mon fils n’ose plus braver mon autorité ou je l’oblige à tenir dix minutes les bras en l’air avec le livre de tante Marguerite en équilibre sur la tête. 2828 pages ! Mon fils déteste tante Marguerite.

— Aaaaaah, tante Marguerite ! Quelle joie de te revoir !

À cinquante-six ans, elle vient de mettre au monde son premier né. Après maintes inséminations artificielles. Elle pense que non seulement, elle brille par son intelligence, mais par sa beauté. Saucissonnée dans sa robe rouge, elle porte tant de bijoux que je la revends, telle quelle, j’en tire 55 000 euros. Je vais lui dire qu’elle est moche, je vais lui dire…

— Tu es sublime, tante Marguerite !

Elle me remercie. Ses lèvres fines et froides se posent sur mon front. Ensuite, sur celui de Guillaume. Il frissonne.

— Ahah ! Mon petit Guillaume, je te fais de l’effet !

Je donne un coup de coude à mon mari. Il se force à sourire.

— Vous êtes magnifique, tante Marguerite.

Elle s’assied à notre table et me pose la question redoutée.

— Alors, tu es éditée ?

Je la hais.

— Non. Je n’ai pas encore reçu de réponses.

— Je te l’ai dit ! Les maisons d’édition sérieuses ne publient pas de romances. Fais comme moi, publie un livre philosophique.

Je serre les dents et j’évite de lui rappeler que son roman est paru à compte d’auteur. Elle a payé pour sortir son bousin. J’hésite… Je lui dis ses quatre vérités où je bois de l’alcool ?

Je bois.

Guillaume filme…

Stop à l’alcool !

J’ai visionné la vidéo. Je le jure, à l’avenir, je boirai de l’eau et, à l’occasion, une petite orangeade.

Je ne pensais pas chanter aussi mal. Je n’ai pas compris pourquoi Guillaume m’avait arraché des mains le micro du karaoké  à la fin de la chanson… Je lui en veux. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait dès les premières notes ?

Je suis en procès avec Beyoncé. Atteinte sévère aux droits d’auteur. Il est vrai qu’après ma prestation ratée, les invités se sont précipités sur le DJ pour demander le nom de la chanteuse originale, afin d’éviter d’acheter le CD.

Résultat de recherche d'images pour "femme qui rigole dessin"

Je me suis servie de la table des bonbonnières du baptême pour danser, une petite table sur tréteaux qui n’a pas résisté… les dragées non plus… Je me sentais pourtant si légère !

Résultat de recherche d'images pour "femme ivre dessin comique"

 Tante Marguerite m’a demandé comment je la trouvais dans sa robe sexy et hyper décolletée. Je lui ai répondu : ce n’est pas parce que tu mets un tutu à un éléphant qu’il ressemble à une danseuse classique. L’alcool rend les gens honnêtes et amusants. Seules les personnes sobres tirent la gueule. Tante Marguerite n’avait pas bu, je crois…

Résultat de recherche d'images pour "éléphant en tutu"

Mon beau chignon s’est écroulé, mon maquillage a coulé et un invité m’a demandé si j’avais loupé la soirée Halloween. Moi, je l’ai bien pris : l’alcool rend conciliant. 

Résultat de recherche d'images pour "femme rousse qui rigole dessin comique"

Conclusion : l’eau c’est fort, ça porte les bateaux ! L’alcool c’est faux, ça apporte les ennuis !

PS inutile de chercher une trace de cette vidéo, je l’ai détruite. Et inutile de préciser que tante Marguerite ne me parle plus.

À suivre…

Jc

Publicités

4 réflexions au sujet de “New Romance ou Old Romance, chapitre 12”

  1. Ton article date du mois d’avril ou ma vue baisse ? En tout cas, j’adore les retours des ME lol. Exactement ça. Pour celles que tu imagines intéressées par ton projet, elles ne le sont pas ou te donne des excuses assez marrantes lorsque tu suis un peu leur diffusion ;). J’ai encore bien rigolé lol. Merci Jc. Par contre, j’ai pas eu la notification e-mail ? Encore un bug. Bises.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s