Kandly Spense, une short story d’enfer.

Pour vous la présenter en bref, Kandly Spense est l’auteur de trois romans auto édités sur Amazon, fnac.com et google play), un roman est paru le 25 mai aux éditions du Lys Bleu, ainsi qu’une nouvelle dans la collection Opuscules des éditions Lamiroy. Mais comme toute femme respectable et respectée,  ce n’est pas la seule corde qu’elle possède à son arc. Un peu comme une galerie d’art vous présente ses meilleurs peintres, le blog d’une rousse péteuse vous présente le gratin des auteurs. Place à l’artiste !

Bonjour Kandly. En furetant sur ton blog, j’ai compris que tu étais coach vocale et que depuis 2017, tu étais aussi une auteure prolifique. Qu’as-tu à ajouter pour ta défense ?

Héhé ! En effet, j’ai créé ma boite de coaching vocal, Ness Coaching & Music box. Je prépare pas mal de candidats aux castings des émissions de télé-réalité actuelles. J’ai bossé entre autre avec Axel Hirsoux, qui a non seulement participé à The Voice Belgique mais a également représenté la Belgique à l’Eurovision en 2014, ou avec Amani, que l’on a retrouvé dans The voice kids il y a 2 ans, mais je donne aussi cours à des gens qui aiment chanter, tout simplement, sans projeter d’en faire quelque chose un jour. Je travaille la voix qu’elle soit parlée ou chantée d’ailleurs, du coup je bosse aussi avec des comédiens ou des institutrices.

Vous souhaitez offrir une histoire courte personnalisée? Immortaliser le prénom d’un(e) amoureux/se, un(e) ami(e), votre enfant dans une short story? N’hésitez pas à me laisser un message. 

Voici une annonce très accrocheuse sur ton blog. Un cadeau original et moderne. En quelques lignes, peux-tu m’immortaliser sur la toile ? Je te donne seulement quelques informations de base pour mon profil : Jc Staignier, auteure non publiée, je tiens une page FB et un blog. Je suis une femme de 50 ans, de race blanche, j’ai un chat, un fiston et un compagnon. Sens de l’humour et belge (si, c’est compatible).

My name is Staignier, Jay Ci Sta… Stay… Staaaayner… Bon d’accord, Jc Staignier, je voulais voir ce que ça donnait en Anglais, mais finalement, le français c’est bien aussi!

Mais je n’en suis pas moins une super héroïne pour autant ! Comment ça je ne suis pas crédible ? Parce que ce n’est pas être une super héroïne que d’élever un ado de nos jours ?

Comme James Bond, ou n’importe quel autre agent secret, il y a un langage codé ! Bien sûr que si. Un lexique à connaître si on veut pouvoir communiquer. Des mots semés plic-ploc. Un exemple ? Facile :

Faim. En réalité l’adolescent à voulu dire : « Maman que j’aime, j’ai faim, tu me ferais un petit rôti de veau accompagné de frites et surtout pas de salade ? »

Mort : Cela ne signifie pas qu’il est décédé, du moins pas au sens propre du terme. Il exprime une grosse fatigue et vous stipule que vous débarrasserez la table, ferez la vaisselle et terminerez de repasser la tonne de fringues qui débordent de votre panier à linge… Seule.

Comme les agents secrets, nous avons des armes ! Pas de permis, mais tout un tas d’armes !

Menaces cinglantes, Ultimatums qui piquent, Punch lines tranchantes, et la plus douloureuse de toutes, j’ai nommé, la confiscation brutale ! Et de nos jours on en a des choses à confisquer ! Portables, ordinateurs, ipod, forfaits, et bien entendu, le grand classique : L’argent de poche !

Comme les agents secrets, nous utilisons la torture ! La séquestration ! Privé de sortie ! Et ça peut aller de quelques jours à 1 mois ferme ! Sans appel. C’est radical, même si en y réfléchissant bien ici, à Charleroi, on pourrait aussi bien les torturer en les obligeant à sortir !

Comme un agent secret je me sers de gadgets au quotidien ! Une page FB et un blog ! Oui M’sieur ! Sur lesquels j’envoie des messages codés, que seuls mes followers comprennent.

Comme un agent secret, en plus d’un ado, j’ai un homme, et un chat ! Oui, c’est obligatoire, pour se fondre dans la masse ! Un peu comme le service de protection de témoins quoi.

Alors ? Vous pensez toujours que je ne suis pas crédible ? Je vous le dis, je suis Staignier, agent Jc Staignier !

Résultat de recherche d'images pour "fin gif"

« Je n’ai rien vu venir » est le titre d’une série humoristique qui paraît chaque semaine sur ton blog. Tiens-tu à faire passer un message avec tes textes ?

Je ne passe pas forcément des messages non. Je m’inspire un peu de ma vie, un peu des gros clichés de la vie de maman, de la vie de couple. Finalement je suis assez loin de Liza, ma protagoniste principale. Mais je regarde autour de moi, et j’y puise les grandes lignes.

 Trouver des sujets dans la vie quotidienne est-ce une inépuisable source d’inspiration ?

Alors ça, seul l’avenir me le dira ! J’espère. Je demande régulièrement à mes lecteurs de me donner des titres sous la forme « Je n’ai rien vu venir – titre ». Ensuite, je tente de trouver la direction idéale pour le traiter et en faire un épisode. C’est comme ça que son nés entre-autre les épisodes « Ma voisine c’est BB » dont l’idée envoyée était « J’ai un nouveau voisin », ou encore « Mon manuscrit a été accepté » et pour la petite anecdote, quelques jours après avoir écrit cet épisode, je recevais deux propositions de deux ME différentes, l’une en Belgique, Les Editions Lamiroy, l’autre à Paris, Le Lys Bleu éditions. Deux jolies propositions, que j’ai signées avec plaisir après les avoir laissées entre les mains d’une conseillère juridique spécialisée.

Penses-tu aborder par ces petits billets d’humeur un fait de société, par exemple  « touchepasamonauteur ? »

Je ne sais pas. Je pense que je me laisserai porter par l’actualité parfois. Dans l’épisode 13, il y a un petit clin d’œil à un accrochage entre Philippe Lellouche et Yann Moix dans l’émission « On n’est pas couché ». En une toute petite phrase, j’ai exprimé mon ressenti sur le sujet. En revanche, je ne me vois pas étaler mes avis en long et en large dans ces billets. L’idée est de faire sourire, ou rire, et d’amener le plus de gens possible à se reconnaître dans l’un des personnages, ses habitudes, ses angoisses, ses maladresses…

Tu te donnes à fond, ça se ressent sur les différents articles de ton blog. Et toi, qu’attends-tu de recevoir en retour ?

Comme je l’ai un jour répondu à une ME à compte d’auteur qui me faisait du gringue, je n’écris pas pour gagner de l’argent, mais pas non plus pour en perdre !

En vérité, j’écris pour être lue ! Par le plus grand nombre. Créer de l’émotion, des sentiments. Parfois de la bonne humeur, parfois, des choses plus sombres. Je viens du monde de la scène, et j’avoue que la seule petite frustration que je ressens aujourd’hui avec l’écriture, c’est de ne pas voir, entendre, ou ressentir les émotions des gens quand ils me lisent. Je commence, je suis un bébé dans la partie, alors je pense que j’attends des gens un maximum de retours. Positifs bien sûr, mais négatifs aussi, en tous les cas, des avis qui m’aiguilleraient pour mes futurs écrits. Qui me permettraient d’ajuster ma plume ! 😊

Le principe de cette interview semble de te vendre. Quelle est ta technique de marketing ?

Aujourd’hui je me sers tant que possible des réseaux sociaux, mais je dois bien avouer que je ne suis pas très douée pour ça. Je n’ai pas encore bien compris comment rassembler les gens. Je tente… Je crée des liens, je fais connaissance, je montre mon nez un peu partout, je participe même si avec 2 profils, 3 pages pros, 2 sites et 2 groupes, (car je dois aussi faire vivre mon activité professionnelle de coaching), 1 fils de 11 ans et un tas d’élèves, je n’ai pas bcp le temps de répondre à chaque publication qui apparaît dans la dizaine de groupes que je fréquente… Mais l’avantage, si ce n’est pas de faire gonfler les followers sur ma page, c’est que je fais de très jolies rencontres depuis quelques mois, et ça, c’est précieux !

 Je te remercie pour cette jolie et originale interview,  et j’espère que ta short stroy te conviendra !

A bientôt !

Merci à Kandly de s’être prêtée à toutes mes exigences. Pour la retrouver sur son blog et découvrir sa série « Je n’ai rien vu venir! », c’est ici.

Découvrez les premières lignes de l’épisode 13 :

Je n’ai rien vu venir ! C’est dingue ! Imaginez un peu ça ! Ma nouvelle voisine, c’est BB ! Pourtant, cette journée avait commencé comme toutes les autres !

Comme j’vous l’dis. B.B! Brigitte Bardot. Pas la viei… Hum, je reformule, pas la dame d’un certain âge, voire d’un âge certain, qui hante la Madrague.

Taratata ! La BB des années soixante, son mètre soixante-dix dont la moitié en jambes et ses cinquante-cinq kilos toute mouillée avec son scooter ! La BB toute en blondeur, et en sexitude. Pleine de cheveux et de charme. Celle de « Et dieu créa la femme » et du « Mépris ».

La Bardot de Vadim, de Godard, de Gainsbarre, ou de Philippe Lellouche, n’en déplaise à Yann Moix! 

Pour découvrir sa page FB, suivez le lien 

Pour acheter ses romans, c’est ici

Et la petite photo pour vous rendre compte que son sourire comme ses textes sont les plus beaux de ses atouts.

Jc

Kandly Spense

Un commentaire sur “Kandly Spense, une short story d’enfer.

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :